Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2007

Je rêve

J’suis pas en forme ce matin. J’ai j’sais-pas-quoi, un p’tit mal de tête, un p’tit mal de gorge, étourdis, sans trop d’entrain… Remarquez, je l’ai vu venir, j’ai même pas réussi mes problèmes d’échauffement sur le petit mur d’escale que j’ai aménagé dans mon garage et puis j’ai fais un somme hier, 2h00 en après-midi, c’est mauvais signe.

Alors comme je n’ai pas l’énergie pour penser à du concret je rêve. Je pense à ce blog à tout ce que j’ai déjà écris, à tout ce que je pourrais encore écrire et je rêve d’un grand texte, un texte majeur. Il ne serait pas nécessairement bien long mais ce serait un vrai chef d’œuvre, quelque chose de concis, précis, clair, touchant… Quelques lignes pour changer le monde.

Je rêve en couleur me direz-vous. C’est vrai, mais je rêve encore. Je rêve de changer le monde de le rendre meilleur, à la hauteur de mes aspirations pour l’humanité. C’est complètement stupide, je le sais, mais je ne peux m’empêcher de rêver, de croire qu’il y a quelque chose à faire, quelque chose à dire pour que tout change, pour que nous cessions de faire les cons.

Mais c’est moi qui est con – rêver à mon âge! Rêver d’une solution simple à une infinité de problème complexe, rêver d’un texte, d’une action, d’un mouvement qui changera tout, c’est ridicule. C’est aussi con que de croire au prince charmant. Mais je n’y peux rien…



Quand mon cerveau devient flou, il s’amuse à croire. J’imagine que ça me fait du bien. C’est comme une pause avant le dur retour à la réalité, celle des problèmes complexes et des solutions impossibles.

.jpm

11:53 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.