Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2007

La qualité du français écrit au Québec

Aujourd’hui je vous propose de faire la lecture du solide dossier de La Presse sur la qualité du français écrit au Québec. En ces temps d’accommodements raisonnables où l’on pointe un peut trop l’autre du doigt il serait certainement bien venu que l’on se pose des questions sur nous.

Si la sauvegarde de notre identité passe par la sauvegarde de la langue elle passe très certainement par la sauvegarde de notre capacité de nous exprimé clairement et de le faire dans un français correct.

Je sais que je ne suis pas nécessairement un modèle en la matière… Vous savez que j’écris ces petites chroniques à la course, mais je travail à m’améliorer et je crois avoir fait de grands progrès depuis mes premiers mots en 2004.

Je voudrais également vous raconter rapidement une petite histoire vécue avant de vous poussez vers cyberpresse. C’était en 1990, je terminais mon secondaire et comme tous les autres, je faisais mon examen final de français, le fameux texte argumentatif. Je ne sais plus comment il était corrigé à l’époque, mais ce que je sais c’est que c’était un texte de 500 mots comme aujourd’hui. Voulant pondre un bon texte, un texte qui se tient, clair précis et détaillé afin d’aller chercher le plus de points possible pour cette partie de l’examen – me sachant plutôt faible en français – j’ai pondu un texte de près 1 500 mots soit le triple de ce qui était demandé…

J’ai coulé l’épreuve de français. Mais pas parce que mon texte comptait trop de fautes dans les 500 premiers mots mais bien parce qu’il comptait trop de fautes au total. Hé oui, mon professeur avait corrigé le travail au complet, comme il se doit, et mon désir de pondre un bon texte pour aller chercher un maximum de point m’a finalement fait coulé.

Est-ce le cas pour la plus part des élèves depuis 1990? Je ne crois pas mais pondre un texte argumentatif de 500 mots qui se tient c’est certainement toujours aussi difficile. … Le présent texte qui, vous en conviendrez est fort léger, en contient 367!

Dossier sur le très inquiétant état du français dans nos écoles… UnDeux.

.jpm

13:59 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.