Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2007

Palmarès des écoles secondaires

Voici, après les habituelles quelques semaines de délais, ma revue du palmarès des écoles secondaires du Québec.

Je commencerai, cette année, en vous disant que ce palmarès est en train de devenir beaucoup plus une image de l’évolution de la santé économique des ménages du Québec qu’une radiographie de son système scolaire. La courbe ci-dessous démontre encore cette année – et cela ne risque pas de changer à court terme – que ce sont les plus riches qui réussissent le mieux à l’école, d’où le classement de leur établissement. Les écoles privées des quartiers riches arrivent encore en tête et les écoles publiques des quartiers plus modestes arrivent encore en queue de peloton. Cela dit, la courbe semble vouloir s’aplanir de plus en plus, pas beaucoup mais la tendance est là…

06c8798da6aa9f73088051a7969851e0.gif


Du côté des revenus familiaux il y a plusieurs choses intéressantes à dire. La première étant très certainement que tout le monde s’est enrichi. Plus intéressant encore, contrairement à ce que l’on pouvait observer l’an passé, ce sont les pauvres qui ont bénéficié de la plus forte hausse de revenu. Ainsi les 20% les plus pauvres (de mon échantillon) ont vu leur revenu progresser de 7.1% en 2007 alors qu’il progressait de seulement 2% en 2006. Ce taux est si élevé que le montant moyen de l’augmentation de revenu des 20% les plus pauvres, qui se situ à 2450$, se trouve, à toutes fin pratique, à parité avec celui des 20% les plus riches qui se situ à  2475$.

Cela dit, c’est la classe moyenne (le 60% du centre de mon échantillon) qui a vu ses revenus familiaux progresser le plus en dollars avec une hausse moyenne de 3192$ par ménage pour 5.5% d’augmentation. L’écart entre les riches et les pauvres se sera donc, bien sûr maintenu (autour de 50 000$), alors que la classe moyenne aura progressé d’un peu moins de 1000$ par année.

Il faut cependant être prudent avec ces chiffres. Il y a eu un petit changement cette année. L’école secondaire l’Escale est passé de la Montérégie à l’Estrie et le salaire familial moyen des jeunes qui fréquente cette école est subitement passé de 33 300$/an à 44 800$/an! Je ne sais pas exactement comment ces chiffres sont compilés, mais, visiblement, ils ne sont pas parfaitement lié au élèves qui fréquente les écoles.

Autre donnée intéressante, mais toute aussi fragile sinon plus que les autres, le revenu moyen des « anglophone » (ou du moins des parents dont les enfants fréquente les écoles anglophones) est encore largement supérieur à celui des francophones. Dix mille dollars par an séparent les deux groupes et les salaires des anglophones ont progressé de 7.1% en 2007 par rapport à 5.7% chez les francophones.

Dernier point digne d’intérêt : Pas moins de cinq établissements d’enseignement secondaire ont changé de nom cette année dans mon seul échantillon – qui en compte 41. Je ne sais pas si c’est là un effet de la laïcisation du système scolaire, d’une volonté, poussé par le palmarès, de changé de cap ou une simple coïncidence mais c’est tout de même intéressant de voir que le paysage change d’une année à l’autre.

Revue 2006.

 .jpm 

13:48 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.