Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2007

Tout simplement malade

À lire quotidiennement les excès tolérés de certaines religions (et, ne nous leurrons pas elles en ont toutes) on fini par croire que ce sont tout simplement des malades mentaux.

Je suis bien d’accord, certaines personnes semble avoir besoin du type de béquille qu’offre la religion et, tant qu’on en s’en tiens aux grands principe, il n’y a pas de problèmes, mais quand on sort des principes de base pour s’embarquer dans toutes sortes de superstitions… on tombe vraiment dans le domaine de la maladie mentale.



Voici trois beaux petits exemples récents de ce type de folie.

Saviez-vous qu’il est impossible, en Malaisie du moins, de quitter l’Islam? Cela fait déjà 7 ans que l’avocat Haris Mohamad Ibrahim défend en vain des convertis… En Malaisie, afin de ne plus être contraint à la soumission devant la loi islamique, la Charia, les convertis doivent demander de nouveaux papiers et, l’émission de ces papiers est contrôlée en partie par les tribunaux islamiques… Alors impossible de s’en sortir.

Dans un autre ordre d’idée, on apprenait il y a quelques semaines qu’il était interdit au Juifs, s’il veulent respecter le shabbat (le repos hebdomadaire) d’utiliser – tenez-vous bien – des urinoirs automatique. Les Juifs ne devant pas travailler, ni crée, cette journée là doivent s’abstenir d’utiliser ce genre de toilette parce qu’il actionnent par leur mouvement la chasse d’eau.

Et puis, il y a cette triste histoire soudanaise… Celle du prof qui a laissé les enfants de sa classe nommer un ourson pour une activité en classe. Après quelques suggestions, la professeur a fait voté la classe et le vote est allé à Mohammed, le nom du prophète de l’Islam. Et bien, la femme a été arrêté et elle passible de 40 coups de fouet et six mois de prison ou une amande pour avoir insulté l’Islam en laissant les enfants nommé ainsi l’ourson.

...

Sans commentaires.

.jpm 

16:25 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.