Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2007

Subjectivité

Comme vous le savez, il y a présentement, à Québec, une course à la mairie. Deux candidats se sont détachés de l’improbable peloton de 15 candidats qui étaient sur la ligne de départ. Ces deux candidats Anne Bourget et Régis Labeaume, sont maintenant au coude à coude.

Beaucoup de gens à Québec connaissent Anne Bourget, plusieurs autres connaissent Régis Labeaume. Moi j’ai « côtoyé » M. Labeaume à une certaine époque. J’ai trouvé que c’était un gars intéressé et intéressant et j’ai l’intention de voter pour lui. Je sais, c’est très subjectif. Le fait que je l’ai perçu comme étant un gars intéressant ne fait aucunement de lui un bon maire.



Hier midi je suis allé dîner chez Richard, une cantine à Hamburger bien connue à Québec pour ses fameux « Interfromages » et, pendant que j’attendais ma commande, j’ai entendu un monsieur discuter avec sa femme… La discussion n’était pas très difficile à suivre, le monsieur, bien en chaire avec une voix forte de gars de chantier – ce qu’il est probablement, s’exclama, en voyant la première page du journal Le Soleil, « Y’é ben p’tit Labeaume, y dépasse même pas « Bourgette », …c’est pas un maire ça! ».

Hé oui, vous avez bien lu, Régis Labeaume est trop petit pour être maire.



Tout est subjectif, mais il y a des subjectivités qui valent plus que d’autres.



C’est comme au boulot : La subjectivité du directeur des ventes coûte plus cher que la mienne, donc c’est lui qui a raison. …Menez une guerre de prix contre un compétiteur Sud-Coréen c’est très certainement une bonne idée, je le sais c’est le directeur des ventes qui le dit.

.jpm

p.s. Demain : Un monde nouveau est à nos portes!

14:18 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.