Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2007

Le travail du berger

C’est en lisant le dernier livre de Marek Halter  que j’ai réalisé l’ampleur de la différence entre l’État religieux et l’État laïque.

Nous l’avons vu à maintes reprises la religion se pose souvent comme grande rassembleuse. De tous temps, les ardent défenseurs de « l’État » religieux, ont vanté les mérites et les capacités de la religion à rassembler, à unifier et à uniformiser les sociétés. Sous une religion commune les peuples sont plus unis et auront beaucoup plus de chance de partager des idées semblables puisqu’elles auront été implantées voire dicté par la religion.

D’ailleurs, l’Histoire le démontre bien – et les grands prêcheurs le rappellent dès l’occasion se présente – ça va toujours très bien dans les pays qui ne comptent qu’une seule religion et où la gouvernance est partagée entre les élus et les chefs religieux.

Dans un État sous le joug de la religion, le travail du berger – rassembler les brebis en un seul troupeau – est grandement simplifié.

Bien évidemment le travail est beaucoup moins simple dans une société laïque où la liberté prime et où, par conséquence, l’État doit composer avec une multitude d’opinions, de croyances et de libertés collectives et individuelles.

Ainsi, les groupes religieux et leurs chefs ont le beau rôle. Ils peuvent toujours clamer que tout sera plus simple avec eux, que le pays sera gouverné selon la Loi divine, que les choix seront simple (parce que réduits) et que tous seront semblable, unis sous un même dogme fondateur, entre eux, sans avoir à faire face à l’autre.

Dans cette optique, il est facile de comprendre pourquoi cette approche de l’État religieux séduit. Surtout dans des pays où, de mémoire d’homme, les fruits de la diversité et de l’État laïque ne se sont jamais fait sentir.



La religion est un excellent outil d’homogénéisation des sociétés mais elle cristallise la société et met un sérieux boulet au pied du développement humain en réduisant considérablement la diversité d’opinions et de croyances. Oui, la vie dans une société laïque est plus complexe, oui l’État est bien plus difficile à gouverner, mais les gains en valent largement les efforts.

.jpm

13:12 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.