Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/12/2007

Sentiments paradoxaux

Hier (le 26 décembre) je suis passer au resto chercher une pizza. Notre tour du temps des fêtes – 4 jours, 3 nuits, 8 empaquetage / dépaquetage de voiture – venait de me tomber dans les jambes. Je n’avais même pas le goût de voir ma blonde cuisiner, c’est vous dire!

Donc, je passe au resto et constate qu’il est plein et que beaucoup de gens y travaillent. Des gens qui ne font pas de gros salaires. Je me dis que c’est injuste, qu’ils devraient avoir droit eux aussi à un bon salaire et à un congé des fêtes digne de ce nom. Je vous l’accorde, je suis moi aussi au bureau aujourd’hui, mais bon, je fais un bon salaire – en théorie ça compense.

Reste que je trouvais injuste que ces gens gagnent si peu. Je me disais que la richesse devrait être mieux partagé – vous voyez le tableau…

Et alors, je me met à penser à mon boulot au travail qui m’attend, les dossiers ne se seront pas dissout durent les fêtes. Ma pensée suit son cours jusque dans mon laboratoire et mes collègues – ceux qui seront là en cette courte semaine de 2 jours. Ceux qui, comme moi, comme d’habitude vont devoir travailler sérieusement pour livrer et les quelques autres qui vont prendre ça cool, y allez tranquillement et placoter en masse comme d’habitude et là, à encore quelques pas de la porte du resto, je me suis pris à être fâcher contre ces collègues qui ont la même paye que moi mais qui travail sensiblement moins…

Le paradoxe m’a frappé de plein fouet. Comment pouvais-je être désolé pour ces pauvres travailleurs au salaire minimum ou presque et souhaiter qu’on les payes mieux alors que j’étais fâché contre des collègues qui font un peu moins que moi et qui gagnent le même salaire?

Évidemment il y a une marge entre le salaire minimum et le salaire de mes collègues. Il y a de la place à en majorer certains et à en abaisser d’autres.



Ainsi, si des salaires moins disparates seraient souhaitables, il semble clair qu’ils seraient à l’origine d’une multitude de tensions. Bien sûr, il y a les avantages sociaux qui pourraient compenser mais n’est-ce pas là un salaire déguisé?



Le monde actuel et son système capitaliste serait-il le meilleur système possible?



On dirait que je commence à croire la loi du marché ou, nuance, à croire que la loi du marché, pour autant que l’on travail activement à la garder en bonne forme, peut être un bon modèle voire le meilleur.

.jpm

15:29 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.