Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2008

Impôt des entreprises – poursuivons la réflexion

Si vous avez suivi mon raisonnement d’hier vous avez compris que d’une certaine façon il n’y a que l’entreprise privée qui paye des impôts. Elles les payent directement au gouvernement du Québec à hauteur de 9,9%, puis au fédéral (22%) et ensuite au travers des salaires qu’elles versent à leurs employés qui eux sont imposés aux divers taux que l’on connaît.

L’entreprise verse donc 100% des impôts! Non pas exactement. N’oublions pas Hydro-Québec, Loto-Québec et la SAQ. N’oublions pas Investissement Québec et autres. Et, n’oublions pas que les gens assez riches pour faire des placements versent une partie de leurs gains en impôts – des gains qui totalisaient près de 17 milliards en 2006.

D’un autre côté que fait l’État pour ces généreuses entreprises qui versent une grande part de impôts si on inclus les salaires? Hé bien, l’État forme de bons travailleurs, les gardent en santé, leur permettent d’avoir des employés en les dégageant de certaines responsabilité, notamment avec des garderies. L’État assure l’entretien des infrastructures routes, réseau électrique, aqueduc. Il ramasse les déchets, décontamine l’eau et s’assure que l’environnement soit propices aux affaires – évite la guerre, négocie des traités de libre échange, contrôle les droits de douanes et défends ses entreprises lorsque celles-ci subissent une concurrence déloyale. L’État va même jusqu’à subventionner directement l’entreprise pour qu’elle continue de faire des affaires.

Alors la grande question : Doit-on baisser les impôts des entreprises? Doit-on les augmenter? Doit-on plutôt diminuer la taille de l’État – en privatiser de grands pans?

Embryon de réponse : Diminuer les impôts des entreprises semble être la direction privilégié par les gouvernement néolibéraux des dernières années – et je ne parle pas que du PLQ ici, le PQ en a fait autant, tout comme le PC et le PLC – et cela peut sembler logique dans l’optique où les entreprises payant moins d’impôts créent plus d’emplois distribuant ainsi la richesse et versant par le billet de leurs employés plus d’impôt. Mais malgré une forte création d’emplois il faut bien voir que beaucoup de postes ont été coupé par les grandes entreprises.

Par contre des particuliers plus nombreux et plus riches risqueraient moins, contrairement aux entreprises, de faire de l’évasion fiscale ce qui est un autre point en faveur de la diminution des impôts directs des entreprises. Cela dit, rien ne nous assure que les impôts coupés aux entreprises iront dans les poches de leurs employés. En fait il y a de très fortes chances pour que ces montants se retrouvent dans les poches des actionnaires et donc hors du pays et dans des abris fiscaux. Ce qui revient à dire que diminuer les impôts des entreprises n’est pas une bonne idée à moins de pouvoir s’assurer que les baisses profiteront aux travailleurs ce qui est loin d’être évidant.

Hum, ça va décidément me prendre un graphique ou quelque chose pour y voir clair… Pas évident tout ça.

.jpm

14:28 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.