Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2008

À l’ombre de BigBrother

Au jour de l’an lors de mon déplacement vers le bas du fleuve j’ai dû arrêter dans une pharmacie à Montmagny pour acheter des Gravoles, mon fils avait mal au cœur. Ce n’était pas mon premier arrêt de ce genre l’été dernier c’était à Trois-Rivières et avant ça à Sherbrooke.

À chaque fois j’ai dû passer au comptoir du pharmacien – les Gravols ne sont plus en vente libre. À chaque fois on m’a demandé pour qui était les pilules, quel âge avait mon fils et à quelle adresse nous habitons. Chaque fois c’est le même scénario, le pharmacien prend tous ces beaux renseignements en note sur un bout de papier…

Que fait-il avec ces renseignements? Il les envois au ministère de la santé où sa note manuscrite sera entrée dans la base de donnée du ministère afin de s’assurer que mon fils n’est pas accro aux Gravoles.

Perte de temps vous dites? Méchante perte de temps! À quand le fichier central consultable par tous – médecins, pharmaciens et autres intervenants de la santé? Jamais! Le monde a bien trop peur de BigBrother!

Imaginez le temps qu’on perd à retranscrire toutes les petites demande de Gravol de l’ensemble des p’tits gars malade en char au Québec, imaginez le temps qu’on perd à transcrire, à dédoubler l’information, les dossiers et les ordonnances, imaginez ces p’tits vieux qui visitent quatre médecins…

Oui mais BigBrother? Hé bien, il est déjà là le grand frère qui voit tout. Il est là à travers vos dépenses sur carte de crédit, vos transactions publiques, votre cellulaire, facebook ou vos inscriptions à toute sorte de concours en ligne ou sur papier… Il est déjà là BigBrother et vous le sauriez si comme moi vous vous étiez fait voler votre carte de crédit à Québec après avoir fait un voyage au Colorado et que Visa vous appelait moins de 24h après pour vous demander si vous avez toujours votre carte.

« Oui, oui, je comprends votre inquiétude j’ai fait un voyage au Colorado. » « Ah non, ce n’est pas le voyage, ah bon. Je vérifie alors » « Hé bien vous avez raison! Je n’ai plus ma carte! Comment vous avez fait? Quelqu’un a appelé. Non, schémas de dépenses, ah bon, vous êtes vraiment fort… »

Les gens ont peur de BigBrother, mais il ne se rendent même pas conte qu’il est là à les suivre comme leur ombre.

.jpm

16:10 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.