Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/07/2008

Chronique automobile

Je suis allé à Sherbrooke en fin de semaine – ma ville natale. Et, en roulant sur la 20 j’ai été à même de constater que beaucoup de gens roulaient, comme moi, un peu moins vite qu’avant. C’est que voyez-vous, les voiture consomment beaucoup plus d’essence passé les 100 km/h. Comme moi plusieurs personnes l’on testé et se sont rendu compte qu’à 120 km/h, la voiture consomme près de 20% plus d’essence.

Ce constat est fort intéressant parce qu’il confirme un des principes de base défendu par les économistes – que j’essais de comprendre tant bien que mal depuis quelques années – qui veut que les gens ne modifient leur comportements que quand il y a un incitatif économique.

C’est bien beau la publicité, mais y’a rien comme le coût élevé de l’essence pour forcer les conducteurs à lever le pied.

Parlant de voiture et d’économie, je ne sais pas si vous en avez entendu parler mais, GM est sur le bord de l’effondrement. Leur titre a perdu près de 70% dans la dernière année, ils ne semblent pas être capables de se renouveler et le prix du pétrole qui monte qui monte.

GM s’est spécialisé dans les gros camions et les grosses voitures… Trop tard pour changer le tir.

Cela dit, la chute de GM et sont éventuelle faillite est très importante pour les ÉU, ce serait comme si le géant de l’économie mondiale mettait un genou par terre, comme si après un long combat l’opposant à l’UE, au Japon et aux économies émergentes, les États-Unis, blessé, fatigué, montrait un premier vrai signe de faiblesse et mettait un genou par terre…

Se relèvera-t-il ?  Bonne question. Le gouvernement américain laissera-t-il seulement GM mettre le genou par terre ? Ce n’est pas évidant. Le symbole est tellement fort et il n’y a pas que GM qui ait besoin d’aide…

.jpm

11:28 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.