Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/08/2008

L'éternité à 95 ans

Je vais terminer cette petite série sur le temps en vous parlant de ma grand-mère qui aura cette année 95 ans.

Née en 1913, elle a connue les deux grandes guerres, l'apparition de l'automobile, celle du téléphone, celle de la télévision, comme celle de la bombe atomique.

Ma grand-mère a quitté son appartement au début de la « quatre-vingtaine », elle est entrée dans un foyer pour personnes autonomes. Elle y a vécu quelques belles années, mais son autonomie s'est vu réduite par un ACV... Je ne sais plus quel âge elle avait exactement à ce moment là, mais c'est là qu'elle a commencé à vieillir.

Les années ont passé et, malgré son AVC et une chute sérieuse, elle est demeuré en forme jusqu'à ce que sa mémoire à court terme disparaisse tranquillement.

Cela fait déjà quelques années qu'elle me demande plusieurs fois par visite si mes enfants vont à l'école et quel âge ils ont. Dans la dernière année la dégradation s'est accentué, sa mémoire à court terme ne garde plus que cinq minute de souvenir.

La mémoire à long terme est là, on peut parler de son village natal, de ses voyages en Europe ou de l'enfance de sont fils. Elle se souvient très bien du nombre d'année qui me sépare de ma soeur – elle peut même calculer son âge en une fraction de seconde si je lui donne le mien. Mais elle est prise dans le présent.

Sa mémoire à court terme n'étant plus là, seul ses souvenir peuple son esprit. Le passage des saisons lui rappel certainement le temps, mais sans mémoire à court terme, ma grand-même est prise dans un éternel présent où les semaines et les jours comme les minutes se ressemblent.

Quand notre emprise sur le temps qui passe se réduit à quelques minutes j'imagine que c'est comme vivre l'éternité – et l'éternité c'est long, surtout quand la vie n'a plus d'intérêt. Et D'ailleurs quel intérêt y aurait-il lorsque l'on ne se souvient plus de ce que l'on a fait il y a cinq minutes?

Comme le disait Woody Allen, l'éternité c'est long, surtout vers la fin.

.jpm

11:36 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

On ne peut que s'incliner devant le temps qui passe...
Ma grand-mère était née aussi en 1913. Elle nous a hélas quittés en 1984 avant la naissance de mon fils. Elle me manque depuis... Mais peut être était-ce mieux ainsi...

Écrit par : annays | 13/08/2008

Les commentaires sont fermés.