Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/08/2008

Obésité

Il y a eu ces dernier temps une série d'article discret, quelques commentaires et lignes ouvertes sur l'épineux sujet de l'obésité. Selon les dernières statistiques le taux d'obésité serait passé de 14% à 23% entre 1978 et 2004 et si l'on inclus les gens souffrant d'embonpoint le taux actuel monte à 60% au Canada. Le pire c'est que la progression est de plus en plus marqué chez les jeunes. Et comme disait un intervenant, je ne sais plus où, si les jeunes sont déjà obèses à 15 ans imaginer ce que ça va être quand ils vont atteindre la quarantaine.

L'obésité coûte cher, tout le monde le sait. Pas moins de cinquante pour cent des gens obèses développent un diabète de type deux, et une bonne part d'entre eux développent de multiples maladie cardiaques.

Alors on s'interroge. Faut-il faire faire plus de sport à nos enfants? Faut-il mener une guerre sans merci à la malbouffe? Faut-il travailler sur tous les front, redonner le goût aux gens de bien cuisiner et les éloigné des restaurants?

Évidemment on pourrait faire tout ça, mais il n'y a rien comme être obliger de faire de l'exercice et d'avoir le temps pour se garder en forme... Voici une solution plutôt radicale. Elle constitue un changement complet de paradigme, mais permettrait une vie plus saine pour tous.

L'idée c'est de se débarrasser de la voiture. Sans voiture, tout le monde devra marché, faire du vélo ou prendre l'autobus et ça, ça garde en forme. C'est bien connu, les gens des grandes villes sont généralement plus en forme et souffre moins d'embonpoint que ceux des campagne ou des banlieues.

Mais je vous entends protester : Personne n'a le temps de se taper 1h30 d'autobus à tous les jours, personne n'a les moyens de marcher pendant 45 minutes pour allez au bureau. Effectivement, ce n'est pas le cas présentement. Mais si on peut se convaincre que l'on a pas besoin de travailler autant et que pour notre mieux être collectif il vaut mieux être en forme, peut-être pourrions un jour envisager ce type de solution où une vie moins stressé, moins à la course nous permettrait d'éliminer en grande partie la voiture de nos vie et ainsi de prendre le temps de marcher, de faire du vélo, de vivre.

.jpm

08:41 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.