Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2008

Le créationnisme fait encore jaser...

...et cette fois c'est en Angleterre – au Royal Society s'il-vous-plait.

C'est Michael Reiss, directeur de l'éducation à la très sérieuse institution britannique qui aurait suggérer d'aborder le thème du créationnisme et du design intelligent dans les cours de science au royaume-uni.

Son point de vu est intéressant – vous pouvez le lire ici dans la lettre qu'il a publié sur le blog du Guardian. Il défend en fait l'idée que le créationnisme peut être aborder dans les cours de science pour répondre à un certain besoin d'une certaine clientèle croyante et également pour permettre l'ouverture d'un débat scientifique autour de la question – un débat qui de l'avis même de M. Reiss sera vain même si l'on se sert du design intelligent pour l'opposer au théorie scientifiques, puisque les croyants on très peu de chance de changer d'avis après un court de 50 minutes même s'il est très bien présenté.

À quoi tout ce débat pourra bien servir si les croyants ne change pas d'avis? À quoi bon endormir les autres élèves? À quoi bon échauder les esprits?

Simplement parce que le monde ne changera pas si les croyants ne sont jamais confronté!

Ainsi à mon sens M. Reiss a raison de vouloir avoir la permission d'aborder le créationnisme dans sa classe. Cela dit il y a une grande différence entre aborder un sujet lorsqu'un question est posé et mettre ledit sujet à l'ordre du jour et l'enseigner comme une « théorie » alternative.

Le design intelligent n'est pas une théorie alternative. Ce n'est pas une théorie point. C'est une croyance sans fondements aucun et la confronté à une vraie théorie et le passer au filtre de l'analyse scientifique est la seule façon de la défaire.

Mais comme le soulignait M. Reiss, il y a très peu d'espoir avec les croyants, rare sont ceux que les arguments scientifiques avancé dans un cours de 50 minutes vont faire changer d'idée – mais c'est à force de le répéter et d'en parler que le doute va s'installer.

Alors allons-y, débattons.

.jpm

16:16 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.