Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2008

Privatiser les profits, socialiser les déficits...

La formule n'est pas de moi, elle est de Richard Desjardins... Il la sortait généralement en présentation d'une de ses meilleures pièces, Les Yankees.

Hé bien c'est exactement ce qui va se passer dans les mois à venir aux ÉU. Le sauvetage américain de l'économie américaine et de son système financier passera par une socialisation des déficits. Les banques sont au bord du gouffre, plusieurs sont déjà tomber alors l'État entre en jeu et met de l'argent sur la table – tout près de 700 milliards de dollars selon le congrès américain. Et 0.7 « trillions » c'est beaucoup d'argent quand on considère que le des ÉU est de budget est de 2,56 trillions et les dépenses de 2.73!

D'ailleurs, ce n'est pas la première fois, la crise de 1993-94 avait nécessité un engagement de la part de l'État américain d'environs 500 milliards...

Pas surprenant que les candidats aux présidentielles évite de se prononcer sur cette mesure qui va à l'encontre de la philosophie économique américaine de la libre entreprise et du non-interventionnisme de l'État.

Mais le pire dans cette histoire c'est évidemment que ce sont les citoyens qui vont devoir payer pour les déboires du marché. Et, quand la tempête sera passé, les citoyens qui auront fait un effort hors du commun ne reverront jamais la couleur de leur argent! Leman Brothers ne leur versera jamais de dividendes, AIG ne leur fera certainement de rabais de prime pour leurs assurances et Freddy Mac comme Fannie May ne consentirons pas de rabais sur les taux hypothécaires.

Cela dit, ce sauvetage, pour autant qu'il fut nécessaire et qu'il réussisse permet aux américains de garder leur boulots, d'éviter une crise économique profonde et d'éviter une montée massive du chômage tout en conservant le modèle économique actuel ce que tous les grands décideurs et patrons de ce monde souhaite.

Reste maintenant à voir si ce sauvetage historique aura un effet sur la réglementation du monde financier et sur la façon dont les économistes envisage le monde économique...

.jpm

11:15 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.