Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/09/2008

Deux visions de l'économie

J'ai déjà souligné à quelques reprises les deux visions opposés de l'économie que peuvent avoir les économistes. Si les uns y voient un système avec une implacable logique où il faut laisser mourir les entreprises non rentables, les autres y voient plutôt une organisation sociale où l'on ne peu laisser faire le système sans considérer les humains qui sont derrière.

Au-delà de ces deux vision d'économistes, il existe deux autres visions qui opposent les économistes et une large part des gens issu des science sociales.

En économie la plupart des gens sont d'accord avec l'équilibre de Pareto (l'optimum de Pareto) qui apparaît lorsque l'on ne peut plus améliorer le bien-être d'un individus sans détériorer celui d'un autre. Ça semble bien beau tout ça, mais l'interprétation qu'on fait généralement sous-entend qu'il est tout à fait possible d'augmenter le salaire des dirigeants sans diminuer celui des employés et que cela répond à l'équilibre de Pareto.

Cet éloquent exemple de la perversité de certaines interprétations de principes d'économie se trouvait d'ailleurs en toutes lettres dans mon livre de micro-économie de la dernière session. (Introduction à la microéconomie moderne, traduit par Patrick Gonzales)

D'un autre côté, en sciences sociales, où l'on étudie également l'économie – je fais présentement un cours d'anthropologie économique – la règle veut, et c'est l'équilibre de Pareto vu par l'autre bout de la lorgnette, que l'économie soit un jeu à somme nulle. Autrement dit, rien ne se perds, rien ne se crée et donc tout profit est fait au dépend de quelqu'un d'autre. Ainsi, pour les gens en science sociale il n'est pas logique de croire qu'il soit possible d'augmenter le salaire des dirigeants sans que cela affecte quelqu'un quelque part de façon inverse. Évidemment, il est clair que cet effet peut être « distribué » sur une multitude d'individus.

En fait, mis simplement, les uns croient que si on augmente le salaire de votre patron de 5 000$ et bien ça ne change rien pour vous, alors que les autres croient que ce 5 000$ auraient pu servir à autre chose (puisqu'il est là), notamment à augmenter votre salaire. Êtes-vous en plus mauvaise posture pour autant? Certes non. Mais, on pourrait très certainement arguer que le client de qui se 5 000$ supplémentaire a été extirpé pourrait se retrouver en plus mauvaise posture.

...

Ces deux visions qui opposent économistes et sociologues (pour ne nommer qu'eux) recoupent sans aucun doute celles qui divisent les économistes entre eux. Les uns étant plus libéraux, les autres plus sociaux. Cela dit, il faut bien voir que le discours dominant est celui que tiennent les économistes libéraux et que la vision des sociaux, tant en économie qu'en science sociale ne vient que rarement temporiser le discours libéral où le marché et la libre entreprise règne en roi et maître.

.jpm

11:56 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.