Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2008

Marxisme pur et simple

Hier, à mon cours d'anthropologie économique, il a été question de monnaie. L'idée étant, vu le titre  du cours de comprendre l'apparition de celle-ci, de voir ses différentes formes et d'en saisir l'évolution. Évidemment, avec la crise actuelle, le cours a dévié sur les affres du capitalisme ultra-libéral dans lequel nous vivons.

Mon prof, un anthropologue de profession, s'est complaît à nous ramener le plus souvent possible la faillite du système économique capitaliste dans laquelle la création de profits à partir de rien occupe une place importante.

La vision marxiste du travail est rapidement venu au menu... Pour Marx, comme pour notre prof – à voir la passion avec laquelle il défendait cette vision – le travail est la base de la valeur. Ou, dis simplement, Trois heures de travail, c'est trois heures de travail peut importe qui les fait, dentiste, plombier ou postier.

Le corollaire de cette vision est, bien sûr, que faire de l'argent en prêtant de l'argent (et donc en ne travaillant pas du tout) est la pire des abominations.

Bien que je ne soit pas un ultra-libéraliste, que je me considère généralement de gauche et que je sois un des premier défenseur de l'équivalence du travail, je conçois mal qu'un personne qui travail à la même shop que moi, gagne le même salaire que moi alors que moi, je cours toute la journée pendant que l'autre ne vit aucune pression et passe une bonne partie de sa journée à jaser.

Et puis, sans vouloir donner raison au prêteurs sur gage et aux courtiers de se monde qui se paye des sommes faramineuses pour déplacer de l'argent, je ne puis être d'accord avec cette interprétation de l'économie que veux que prêter à intérêt soit totalement immorale ou illogique.

Le fait est que quand on prête de l'argent il nous est impossible de jouir de cette somme et que cette perte de jouissance a un prix. De là à dire que cette perte de jouissance vaut 2%, 5% ou 10%, je ne sais pas, mais il m'est impossible de souscrire à cette interprétation des rapports économiques – comme de quoi il y a, à mon sens, un juste milieu entre l'interprétation marxiste et celle des bonzes de la finance de Wall street.

.jpm

11:53 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.