Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2008

Les anglophones de Barcelone

En ce lendemain d'élection fédérales où nous avons encore eu l'occasion de voir le Canada se diviser un une multitude de bloc distinct je voudrais vous faire part de la situation catalane.

La Catalogne c'est un peu comme le Québec. Elle compte près de 7 millions d'habitants, a un parlement distinct et une langue bien a elle. La Catalogne comporte une grande ville, Barcelone qui compte un peu plus de 5 millions d'habitants dans sa région urbaine.

J'ai visité quelques librairies lors de mon séjour là-bas et, fait intéressant, je n'y ai vu aucun livre en anglais sur les rayonnage. Plus encore il y a en Catalogne, de multiples ouvrage écris en catalan, ils ont même leur dictionnaire! Je ne dis pas que le Québec doit s'isoler à ce point de la francophonie, mais disons qu'un dictionnaire qui comporterait « habriller », « courriel » ou « clavardage » serait le bien venu.

Mais, revenons sur l'absence de livres en anglais. Ici nos librairies sont bourrées de livres anglophones. Pourquoi? Parce qu'il y a une demande. En informatique, en marketing, en architecture, bref dans une multitude de domaines spécialisés, nous utilisons de la littérature anglophone. Parce que c'est plus simple que d'attendre la traduction, parce que ça va pratiquer notre anglais, parce que la langue de publication de études scientifiques c'est l'anglais... Toutes ces raisons sont bonnes, mais elles n'encourage pas la traduction.

Pourquoi n'y a-t-il pas de livre en anglais dans les librairies barcelonaises? Simplement parce que là-bas ils ont choisis de vivre en espagnol, en catalan. Bien sûr, direz-vous, le bassin de lecteurs hispanophone est beaucoup plus grand que le bassin de francophone. C'est vrai, mais le bassin de lecteur susceptible de lire de livres de marketing est plutôt mince.

Tout ça relève d'un choix. Et ce choix, c'est nous qui devons le faire.

Cela dit, on m'a répondu plus souvent en anglais qu'en français lors de mon séjour. Comme nous les barcelonais sont conscient de l'importance actuelle de l'anglais dans le monde et ils s'y mettent – reste que pour leur lectures c'est l'espagnol qui l'emporte haut la main.

...

Voilà, je me rends compte que je fais les choses un peu à l'envers... Vous auriez probablement aimé que je vous parle de la ville et de la vie à Barcelone, des visites que j'ai faites et des impressions que la ville m'a laisser... Ça va venir, je vais prendre le temps de laisser tout ça décanter un peu.

.jpm

... ouf, minoritaire par la peau des dents ... combien de temps est-ce que ça va tenir ... quelle sera la stratégie ... ça va être intéressant à suivre ...

11:28 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.