Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2008

Fin de semaine marginale

La fin de semaine dernière, je suis allé donner un coup de main à mon beau-frère... Ça m'a fait réfléchir sur les gens qui vivent en marge de la société. Pas que mon beau-frère et sa famille soient tellement en marge. Disons qu'ils sont à cheval sur la marge.

Cette fin de semaine donc, je suis allé leur donner un coup de main, ils sont en train de se bâtir une maison – pas un affaire pré-fab ou un kit, non non, ils l'ont dessiner eux-mêmes, ils ont commander le bois et ils la monte un 2x8 à la fois. Donc ils se font une maison. Ils se font une maison sur une terre en copropriété, une terre où ils élèvent des poules, des moutons, des chèvres et à l'occasion une vache ou deux.

Clairement, on est loin de la petite vie de banlieusard. Ils ne vivent pas de la fermette, mon beau-frère travail en haute technologie, mais il consomment les oeufs, le lait et la viande de leur animaux. Ils mangent bio, ma belle-soeur fait même son pain...

Donc ils vivent en marge, mais pas tant que ça par contre, après avoir passé la fin de semaine là, à manger du pain avec de la vraie levure, je me suis retrouver avec un violente diarrhée dont je ne suis pas encore totalement remis.

Qu'est-ce à dire ? Simplement que malgré le fait que je m'entende très bien avec eux, je n'ai plus beaucoup envie de retourner passer une fin de semaine là-bas. Ou, dit autrement et de façon plus large, vivre en marge ça coupe certains ponts avec les autres et ça fait qu'en final on vie encore plus en marge... La ligne est flou et il n'est pas évidant de vivre à sa limite sans basculer.

...

Parlant de basculer, l'autre couple avec enfants avec qui ils partagent la terre, on basculer. Je ne sais pas quand ni pourquoi, mais ils sont définitivement loin en marge de la société.

Ce couple vit dans l'annexe d'un cabane à sucre. Leur petit logis de quelques 16 pieds par 12 est fait de paille bétonné avec un petit toit en tôle. Je ne sais pas de quoi ils vivent ni depuis combien ils vivent là, mais pour cette hiver ils partaient au Mexique pour cinq mois, en voiture, avec leur deux enfants dont une en âge d'aller à l'école.

Je ne sais pas quelle type de relation ils entretiennent avec leur famille ni s'ils ont des amis, mais ils vivent très certainement en marge de la société et condamne du même coup leur enfants au même type de vie.

...

Je sais que bien des gens ont parfois l'idée de retourné à une vie plus simple, de vivre un peu en dehors des sentiers battus ou carrément d'arrêter de travailler pour vivre de la nature sur un terre et tout faire, bouffe, maison, etc.

J'ai vu en fin de semaine ce que ça donne et, croyez-moi, cette vie là, ce n'est vraiment pas pour tout le monde car avec marge rime plus souvent que autrement marginalité et pauvreté. La ligne est mince et la descente potentiellement rapide... Un exemple? Mon beau-frère n'a pas d'assurance pour la maison puisqu'il ne l'a pas financer avec les banques et qu'il est sur un terrain où le droit de construire ne leur a pas été directement accorder...

.jpm

11:09 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.