Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2008

Secteur en crise

Si l'ampleur de la crise ne se fait pas encore totalement sentir ici, au Québec, dans votre entreprise sachez que pour certains secteurs c'est la goûte qui fait déborder le vase.

En effet, j'ai lu dans La Presse en fin de semaine un petit article sur le secteur manufacturé, plus précisément sur le secteur des meubles de bois.

En Mauricie, dans les usines de meubles – celles-là mêmes qui ont pris au sérieux l'idée de ne pas en rester à l'extraction des matières premières et de développer la plus-value – on craint pour les emplois...

Ils n'en sont pas à leur première crise. En fait ils en sont à leur troisième crise consécutive. La première ayant été celle du bois d'oeuvre, la seconde celle de la hausse vertigineuse et relativement subite du dollar et la dernière, le ralentissement de l'économie américaine, leur principal client.

Et là, après avoir réorganiser, compressé, mis à pied temporairement, ils sont au bout des solutions sans coupure.

...

Des fois on a l'impression que les gens chialent pour rien... Des fois on ne connaît très mal la situation réelle à laquelle ils font face...

Le marché est sans pitié et aveugle.

...

Non, je ne dis pas de sauver toutes les entreprises sur le bord de l'effondrement. Ce que je dis c'est qu'il faut arrêter de penser que nos petites mesures temporaires peuvent faire des miracles. Le filet social présentement en place est mal adapté aux nouvelles réalités. Le chômage ça fait quand ton entreprise ferme mais qu'il y a d'autres entreprises semblable ou tu peu aller travailler. Mais il est plutôt inopérant voire inutile lorsqu'il s'agit de changer complètement de domaine ou de milieu parce que la travail est ailleurs. Il faut alors convertir les travailleurs les rééduquer et ça c'est ce qui va être important dans les décennies à venir...

Va falloir y voir sinon, c'est toute la société qui va s'en ressentir et plutôt que d'être des leaders nous allons nous ramasser à la remorque de la société marchande mondiale.

.jpm

09:03 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.