Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2008

Petits désagréments et condition humaine

Hier j'ai pris connaissance, par le billet d'une belle petite lettre que mon fils a sortie de son sac d'école que vendredi prochain, le 19 décembre, dernière journée d'école, les profs avaient décidé de terminer les cours à 13h30.

Voilà, pas plus compliqué que ça. On fait un dîner froid avec les enfants en classe – veuillez prévoir un lunch en conséquence – et les cours se terminerons à 13h30. Pourquoi? Sais pas.

Moi je suis au boulot les 22, 23 et 24. Les patrons, ici, dans leur grande gentillesse nous donne le 24 en après-midi. Ça ne dérange personne sinon quelques clients chinois. Mais fermé l'école à 13h30 c'est encore une fois prendre les parents en otage. Pourquoi diantre doivent-ils, alors qu'ils ont deux semaine pleine de congé pour le temps des fêtes, fermer les classe à 13h30 – 2h00 avant la fin normale des cours?

Je sais, je sais, le service de garde est là. Oui, il est là. Une chance que dans mon quartier il y a beaucoup de gens qui en ont besoin parce que sinon il n'est pas ouvert le service de garde... D'ailleurs, les 22, 23 et 24, il n'est pas ouvert mon service de garde. Je fais quoi avec mes enfants?

Encore chanceux, j'ai un blonde qui travail dans le para-gouvernemental et qui a les mêmes congés que les fonctionnaires dans le temps des fêtes. Mais vous vous imaginez un petite mère mono-parentale avec une petite job et des petites conditions de travail. Elle a trois jours de maladie, deux semaine de congé pis le temps des fêtes c'est le seul moment de l'année où elle peut faire un peu de temps supplémentaire... Parlez-moi d'une qualité de vie! M'enfin j'imagine que ça donne une occasion aux enfants de voir leurs grands-parents...

...

Pourquoi est-ce que ces petits désagréments me mettent autant en rogne? Pourquoi est-ce que ça me fait chier que les profs prennent des libertés alors qu'ils ont déjà beaucoup de congés? Allez savoir!

Le fait est que les petits désagréments ont plus tendance à s'accumuler consciemment que les petits plaisirs.

Je suis quelqu'un de foncièrement heureux dans la vie. J'aime la vie, j'aime ma vie et si je suis heureux de façon globale c'est probablement que j'ai la capacité non-consciente de faire la somme de mes petits plaisirs... Mais les petits déplaisirs quand, ils se pointent me mettent toujours diablement en rogne. Ça ne dure pas mais ça me fâche. Par contre je ne vois pas vraiment passer les petits plaisirs, je ne peux pas dire que me mettent spécifiquement de bonne humeur.

Peut-être que le mécontentement est une émotion plus forte, peut-être que l'on est fait comme ça justement pour s'éloigner de l'inconfort plus vite que l'on s'approche du confort même s'il s'agit au bout du compte du même mouvement...

L'important, j'imagine, c'est d'être le plus possible conscient de nos petits plaisirs et déplaisirs et de la traité comme tel.

.jpm

10:18 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.