Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2008

Stratégies économiques

Je ne vous ai pas beaucoup parlé de la crise économique depuis le début de cette dernière, moi qui pourtant jasais d'économie régulièrement avant... Peut-être est-ce parce que les murs sont tapissé d'économie ces jours-ci que je n'ai pas le goût d'en ajouter.

Cela dit, il s'est passé deux choses importantes hier dont la dimension ne semble pas avoir été rapporté, ou si peu, et encore moins avoir été discuté dans leur contexte stratégique. Vous le savez, je ne suis pas économiste et ne prétend pas l'être, mais je crois être en mesure de souligner certains faits qui devrait donner une autre dimension à ces nouvelles.

La première concerne Terre-neuve et l'AbitibiBowater. La papetière a récemment annoncé qu'elle fermait ses usines à Terre-neuve, toutes ses usines. À cette annonce le gouvernement de Danny Williams a décidé d'exproprier l'entreprise de sa production d'électricité et de ses droit de coupes sur les terres de la couronne. Même si le gouvernement a annoncé qu'il allait compenser AbitibiBowater pour ces pertes, il s'agit tout de même d'une prise de contrôle d'actifs « privés » par un gouvernement – une mesure généralement associé aux gouvernements socialistes.

Est-ce parce que cette mesure est de gauche qu'elle est nécessairement illogique? Certainement pas! Est-ce la chose à faire? Absolument! Les deux paliers de gouvernement ayant mis beaucoup d'argent en financement dans ces projets, il est normal qu'il en récupère une partie lorsque la grande entreprise retire ses billes.

La décision a été vertement critiqué par AbitibiBowater, l'américaine, notant au passage que cela pouvait ouvrir une nouvelle ronde d'hostilité entre le Canada et les ÉU sur les investissements du géant chez-nous – et par la bande que ces pratiques anti-capitalistes n'était pas acceptables entre partenaires commerciaux.

...

La seconde nouvelle concerne évidemment la baisse de taux de la Fed à un niveau record de 0.25%. La baisse et la hausse des taux d'intérêt est généralement vue comme la mesure normal pour équilibrer l'inflation, l'épargne et l'investissement. Généralement, les changements qui ont cours autour de 1% n'ont plus ou très peu d'effets réels sur l'économie. Le Japon a visité cette contré méconnu du taux directeur à 0% au début des années 1990... Et le pays a sombré dans la récession/déflation pendant près de 10ans.

Avec cette annonce de la diminution du taux directeur à 0.25%, la Fed annonce deux choses. Premièrement, qu'ils sont au bout des mesures « normales » et donc la situation est rendu très très difficile et deuxièmement qu'ils vont maintenant devoir user de stratégies dont ils n'ont jamais fait usage auparavant... Les stratégies économiques américaines vont donc être, dans les mois à venir, hautement théorique – et ce n'est pas très rassurant.

...

Dernier petit point : La récession actuelle, quoi qu'on en dise, ne ressemble pas à celle des années 1930 – d'ailleurs en économie, les situations ne se répètent jamais – j'en veux pour preuve ce très intéressant article (à lire sans faute) qui nous explique certaines différences à commencer par celle entre la récession et la dépression : La récession c'est vous perdez votre emploi, la dépression c'est quand je pers le miens...

Oui c'est drôle, ça fait jeu de mot, mais c'est bien réelle comme affirmation. L'idée c'est que tant que le chômage ne se globalise pas c'est une récession... Autre différence majeur en 1930 les salaires étaient à la hausse alors qu'aujourd'hui ils sont à la baisse.

.jpm

11:01 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.