Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2009

Le débat inutile

Il semble y avoir tout un débat qui se prépare autour des tests prénataux ces jours-ci. On en parle en ligne ouverte à Radio-Canada, on en parle dans les journaux, on en parle aux nouvelles de cinq heures, etc.

Pourquoi tout ce débat? Parce que il faut semble-t-il se poser la question collectivement et sérieusement avant de savoir si l'on doit procéder de façon systématique au tests prénataux pour la trisomie 21 et autres. Doit-on l'obliger ou l'offrire et si on l'offre à qui les femmes de 35ans et plus, 30 ans et plus .. 20 ans et plus !?

À mon sens c'est là un débat tout à fait inutile – et nous aurions tout intérêt à mettre nos énergies ailleurs et à réfléchir sur de vrais enjeux comme par exemple la superbe relance économique que nous sommes en train de mettre en place exactement dans le même modèle qui nous a valu cette crise sans précédant. Il serait grand temps de réviser notre conception de la croissance économique et notre façon d'envisager l'économie elle-même, mais non on préfère faire des débats sur les tests prénataux.

Un débat tout à fait inutile dis-je parce que s'il y a question étique elle se pose après le diagnostique et non avant. Si des parents veulent avoir un enfants dont ils devront s'occuper comme d'un bébé toute leur vie c'est leur problème (et à la limte le nôtre si on veut en discuter), mais tant que le diagnostique nest pas poser il n'y à pas lieu de débattre.

Sinon hors de cet éventuel débat, sur le question du test, la réponse est archi-simple. Combien ça coute? Moins cher que de s'occuper des seuls x milliers de cas de trisomie 21 par ans – et bien faite passer le test à tout le monde on économisera gros – parce que soyons réaliste, qui a vraiment le goût de s'occuper d'un enfant malade toute sa vie?

Je suis dur? Peut-être, mais qui peut affirmer qu'il ne se poserait pas de sérieuses questions si on lui annonçait qu'il va être parent d'un trisomique. Je ne dis pas que ceux qui ont des enfants avec de grave problème de santé ne les aiment pas, je dis simplement que s'ils avaient eu le choix avant la naissance, avant de le connaître, avant d'apprendre à l'aimer malgré tout, ils auraient, à mon sens, choisi d'avoir un enfant normal. Et que bêtement, ben c'est plus rentable pour la société. Alors faisons passer les tests et gardons l'argent économisé pour mieux s'occuper de ceux qui ont malheureusement à vivre avec ce type de réalité.

.jpm

09:15 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.