Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/03/2009

Brèves : Dieu et les très grandes entreprises

La crise économique que nous traversons présentement semble amener à chaque jour son lot de nouvelles questions sur la démocratie, le capitalisme et la politique économique de nos gouvernements. La dernière en date étant le « too big to fall », les entreprises trop grosse pour tomber.

On parle ici des GM, AIG et autres géants de ce type, des entreprises gigantesques qu'on ne peu tout simplement pas laisser tomber parce qu'elle détruirait, dans leur chute, tout un pan de l'économie. Des entreprises si vaste aux ramifications si importante que leur chute désorganiserait le monde.

Alors on paye. On paye pour les garder en vie. Bien sur, on leur demande de se restructurer de se rationaliser, mais pas de rapetisser... Et la question est évidemment là. Devrait-on laisser des entreprises devenir aussi grosse? Ne devrait-on pas les obliger à se scinder et .. est-ce que ça changerait quelque chose parce que même une fois scinder elles resteraient des conglomérats dont les interrelations sont si importantes et si étendue qu'en laisser tomber une reviendrait à laisser mourir toutes les autres à petit feu.

Mais les grandes entreprises sont importantes, elles permettent des économies d'échelle, elles permettent la compétitivité à l'échelle internationale, elles permettent d'avoir des assurances collectives et d'autres levier sur l'économie et le gouvernement... Peut-être est-ce là qu'on fait fausse route, les bons côté des grandes entreprises ne sont peut-être pas si bon après tout. Et .. qui dit méga-congloméra dit généralement monopole ou presque ce qui va, dans un certain sens, à l'encontre de l'économie de marché.

...

De récent tests ont démontrés que le cerveau n'a pas de « région » ou de « patern » spécifique à la religion ou à la pensée de type religieuse. En fait, les pensées de type religieuses font surtout travailler les sections du cerveau qui nous servent à tenter de voir ce à quoi les autres pensent et comment ils se sentent.

Si ces découvertes pointent, bien évidemment, vers Dieu comme étant une création du cerveau humain, il est encore plus intéressant de voir comment cette création est de plus en plus considérée comme un sous-produit de l'évolution du cerveau. La projection vers l'autre, l'empathie, la capacité de reconnaître l'autre aurait généré notre capacité à croire et à inventé un Autre totalement extérieur à nous.

Ainsi, l'évolution sociale – et ça fait bien du sens – serait passé d'une capacité à communiquer, à une capacité à se réunir et à vivre ensemble qui au passage aurait créer d'idée de Dieu et éventuellement de la religion – un concept fort intéressant et très puissant pour développer une série de lois morales suivies par un groupe, une société. Et ça a très bien fonctionné, et ça aura conduit à une capacité de déceler des lois morales universelles et de les proclamer non plus à travers une religion mais bien à travers un État de loi, comme, par exemple, la déclaration universelle des droits de l'homme.

Et, si vous m'avez bien suivi, vous aurez compris que la religion était un passage nécessaire ou à tout le moins utile vers les États de droit que sont devenus nos sociétés et donc que la religion n'est plus utile.

.jpm

14:00 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.