Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2009

Changement de cap ?

La crise économique a de drôle d'effets sur les gens, surtout les gens du milieu. On en a eu un très bon exemple dans le numéro du 15 mars du magazine L'Actualité. En effet, les chroniqueurs économique Pierre Fortin et d'affaire Pierre Duhamel ont pondu des chroniques hors du commun...

Pierre Fortin qui est généralement plus à droite qu'à gauche – quoi qu'il y ait eu quelques exceptions notables – nous a présenté un article sur les subvention sdans le milieu des arts au Québec et, surprise, il est pour! Il y va même d'un vibrant plaidoyer pour la culture québécoise et explique clairement pourquoi les produits culturels québécois ne pourrait survivre sans subventions, à moins que l'on soit prêt à payer nos billets de cinéma 70$.

Cela dit, juste en passant, si vous connaissez encore des fatiguants qui chialent contre les subventions aux artistes et qui disent que le sport n'en a pas suffisamment (comme c'est souvent le cas à Québec – merci CHOI FM) vous glisserez, comme ça, que la multitude d'arénas où nos enfants jouent le dimanche matin sont entretenues par nos taxes même si on appelle pas ça des subventions...

De son côté Pierre Duhamel, nous parle de la chute du capitalisme financier, lui qui habituellement fait plutôt l'apologie du libre marché. Eh bien, pas cette fois. Cette fois il nous dit que le système est détraqué et qu'il y a des problèmes importants à régler.

Par contre, dans son cas, on ne peut pas dire qu'il effectu un réel virage, car s'il admet que le système connaît d'importantes ratées, il affirme également que tout cela est de la faute du gouvernement. Le gouvernement n'a pas assumé ses responsabilités selon M. Duhamel.

Mais c'est facile de blâmer le gouvernement. Quand ça va bien les puissants, très puissants, lobby des grandes entreprises et des grandes banques se mobilises pour que les gouvernements déréglementent des pans entiers de l'économie. Mais il n'y a pas que le gouvernement à convaincre...  Heureusement (sic) ils sont généralement appuyés auprès du publique par les Pierre Duhamel et autre Nathalie Elgrably de ce monde... Et, quand ils y parviennent, ces mêmes journalistes adeptes du libre marché, applaudissent le gouvernement à deux mains. Puis, quand les problèmes apparaissent, ils accusent lâchement le gouvernement de ne pas avoir bien réglementé...

Bref, s'il y a l'ombre d'un changement de cap, soyez certain que dès la reprise le changement sera beaucoup, beaucoup moins évident.

.jpm

09:36 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.