Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2009

Productivité et procrastination…

J’ai eu flash il y a quelques semaine en parlant de mon boulot avec des amis. Je leur disait que le type de travail que beaucoup d’entre-nous faisons aujourd’hui, dans cette nouvelle économie du savoir, demande un très haut niveau de concentration.

C’est normal, on ne déplace pas du bois, on n’assemble pas des composants, on gère de l’information et il faut réfléchir constamment à cette information que l’on gère, que l’on déplace, que l’on transmet, que l’on transforme. Il faut comprendre l’info que l’on a entre les mains et être en mesure de lui faire subir les bonnes transformations, de l’associer aux bon élément et finalement de la classer correctement et contrairement aux pièces d’un assemblage l’information s’imbrique avec n’importe quelle autre information et entre n’importe où.

C’est bien connu l’humain ne peut maintenir un haut niveau de concentration pendant plusieurs heures d’affilé. Le cerveau a besoin de s’évader de temps en temps. Il m’est donc apparu que procrastination et productivité allait de paire. L’un ne va pas sans l’autre ou presque. Si on veut être très productif il est nécessaire de ventiler son cerveau une fois de temps en temps. La lecture de votre blogue préféré est à ce titre tout à fait indiqué ;-)

Mais ce qu’il y a de beau dans tout ça c’est que mon intuition a été démontrer tout récemment par une équipe de l’université de Melbourne en Australie. L’équipe n’a pas spécifié quel était le gain de productivité ou quel était le temps d’évasion requis, mais ils ont constaté que les gens qui prenaient de petites pose pour surfer sur le net avaient une plus grande productivité.

C’est quand même paradoxale que les entreprises tentent, aujourd’hui, de limiter le plus possible le temps que les employés passe sur Facebook, Youtube et autres Twitter alors que cela risque de diminuer leur productivité.

Évidemment, il y a toujours des clowns qui exagèrent et passe leur journée à surfer plutôt que de travailler. Mais bon, il s’agit ici de gérer quelques cas plutôt que de pénaliser tout le monde. Et puis, vous savez, au bureau, ils nous ont tout coupé, mais quand j’ai besoin d’une pose je surfe quand même, il y a encore les site de nouvelles et Wired où j’ai trouvé cet article sur l’étude australienne .. et plus récemment ce Sudoku digital d’enfer – je bloque après les six ou sept premier chiffres – auquel je retourne dès que possible!

.jpm

13:35 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.