Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2009

Décrochage scolaire

Le décrochage scolaire est sur beaucoup de lèvres depuis quelques temps. Que ce soit autour du coût monétaire et social élevé du décrochage ou autour de la réforme scolaire qui après 10 ans ne semblent toujours pas faire l'unanimité ou même donner des résultats encourageant... En fait le décrochage est, selon certains, en progression.

J'ai lu un article intéressant à ce sujet cette fin de semaine. L'article est de Normand Baillargeon, auteur du Petit cours d'autodéfense intellectuelle, et il est paru dans la revue À Babord! - le magazine de la gauche québécoise militante. [ Je ne vous conseil pas nécessairement d'aller acheter ce magazine. Je trouve qu'il reflète souvent bien plus la gauche déconnecté du monde et revancharde que celle, un peu plus lucide qui propose des solutions réalistes – cela dit, c'est un magazine à fréquenter qui est disponible dans toutes les bonnes bibliothèques municipales et dans divers dépanneurs et libraires, ]

L'article de Baillargeon, fait l'état de la question du décrochage et souligne que malgré l'approche plutôt monétaire qu'à prit le débat récemment il ne faut pas croire que les causes du décrochage sont simple et unidimensionnelles. L'auteur poursuit son article avec un rappel de ce qu'est une solution éprouvé tout en soulignant qu'en éducation c'est très rare parce que ça coûte très cher de faire des tests – mais Baillargeon en connaît une .. qu'il ne détaille malheureusement pas.

Il dira à la toute fin de l'article que cette approche qui a fait ses preuves est tiré d'un vaste – très vaste – programme d'étude fait aux États-Unis. Appelé Follow through le programme s'est étendu de 1968 à 1995, il a testé neuf modèles dans des centaines d'écoles et avec des dizaines de milliers d'étudiants.

Les résultats? Le Direct instruction est le grand gagnant et de loin. Il s'est classé premier en lecture, en arithmétique, en langues, en capacité de base, en capacité cognitive et même à titre de développement positif de l'image de soi.

Quelles sont les bases de ce modèle? Une éducation encadré, très structuré et centré sur l'enseignant... Tout le contraire de ce que nous offre la fameuse réforme...

.jpm

11:45 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.