Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2009

La gauche qui critique la gauche efficace

Je vais prendre quelques lignes de plus pour vous parler du magazine À Babord ! Et de sa critique du dernier livre de Jean-François Lisée.

Comme je le disais hier, j'ai parcouru le dernier numéro de ce magasine de la gauche québécoise. Je n'ai pas tout lu loin de là et bien que je critique ce que j'ai lu je vous invite à parcourir ledit magazine, il faut multiplier ses sources d'informations.

Donc, j'ai lu la critique du dernier livre de M. Lisée, Pour une gauche efficace. J'ai oublié le nom du critique, mais je me souviens du sentiment globale de celle-ci : Il n'a pas aimé. Pour lui le dernier opus de M. Lisée relève du copinage avec la droite. M. Lisée, toujours selon le critique, définit sa gauche efficace non plus par opposition à la droite mais bien par opposition à la gauche...

Je n'ai pas lu le livre de M. Lisée. J'ai L'avenir est à gauche dans mon baluchon et je ne l'ai toujours pas lu, mais je compte bien lire Pour une gauche efficace tout autant que Les démons du capitalisme d'Alain Dubuc.

Cela dit, je suis un peu fatigué des critiques de la gauche contre elle même. C'est bien beau le militantisme et les revendications à n'en plus finir, mais il faut savoir s'ancrer dans le réel et proposer des solutions viables et globale, pas juste réclamer des hausses de salaires.

Honnêtement, je suis plutôt tanné de cette gauche qui veut toujours taxé plus plutôt que de tenter de voir comment on pourrait mieux distribuer la richesse à la base.

Je suis de la gauche des universaux, de la répartition équitable des richesse mais pas de celle qui veut cela à tout prix et qui n'est pas capable de comprendre que l'on ne peut pas vivre en vase clos.

Oui, il y a un vent de droite qui s'est levé et qui souffle de plus en plus fort, moi aussi ça me désole, mais calculer la valeur d'une forêt inexploité ne serait jamais venu à l'esprit de quiconque si on ne s'était pas mis à tout voir d'un oeil économique.

Il faut savoir utiliser se vent de droite, mettre une voile dessus et proposer des solutions adapté aux nouvelles réalités. Qu'on le veuille ou non, les chinois travaillent pour 3$ par jour et demander des hausse de salaire ne fera que déplacer plus de travail là-bas. Même Louis Garneau qui avait portant juré de ne jamais délocalisé a dû s'y résigner...

Mais y'en a qui font des bon salaires, moi par exemple. Mais je travaille en haute technologie. Je n'ai pas des conditions à tout casser : trois jours de maladie par ans et après 15 ans dans le domaine, je viens enfin d'obtenir 1 mois de congé par an.

Bien sûr on ne peut pas tous être en haute technologie. Mais plus il y aura de gens dans des domaines à haute valeur ajouté, plus il y aura de richesse qui va se créer et se distribuer et là je rejoint mon billet d'hier, plus on va être éduqué, plus on va pouvoir développer des emplois dans des domaines à haute valeur ajouté.

À mon sens c'est ça la gauche efficace – ou même, tout simplement le centre, le gros bon sens quoi.

.jpm

13:29 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.