Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2009

Travailler à l'intérieur du système

J'ai eu un commentaire aaaanonyme concernant ma courte intervention sur le refus de Québec Solidaire de travailler avec l'OMC. Mon « arguement » voulant qu'il faille travailler avec l'OMC puisqu'il était là n'était pas très fort. J'en conviens, mais user de démagogie n'est pas plus constructif M. Aaaanonyme.

D'ailleurs l'invitation à travailler à l'intérieur du système n'était pas un argument en soit. Cela dit, je continue de croire qu'il vaut mieux travailler avec les institutions en place si l'on veut pouvoir changer les choses, refuser d'embarquer dans le train, c'est se marginaliser sois-même.

L'actualité du jour est particulièrement intéressante à cet effet. D'abord il y a Intel qui s'est vu imposer une amande historique de plus de 1 milliard d'Euro pour concurrence déloyale. Ensuite il y a l'Organisation Internationale de Normalisation (ISO) qui travaille à mettre en place une norme (ISO 26 000) qui vise « à faire consensus à l'échelle internationale sur la question du développement durable, [...] sur les droits de l'homme, les conditions de travail, l'environnement, les bonnes pratiques d'affaires et la relation avec les consommateurs ». Notons, au passage, que plus de 400 experts de 80 pays travail sur cette norme.

Plus intéressant encore, il y a les musulmans modérés pakistanais, qui ont finalement cessés de regarder les Talibans occuper tout l'espace publique et médiatique, et qui ont décidés de se faire entendre appuyant même les frappes militaires contre les Talibans!

Et, pour répondre directement à M. Aaaanonyme, à propos du commerce équitable, je dirai que s'il en ait à la croisé des chemins c'est qu'il s'est implanté et qu'il a vécu, ce qui est la preuve de son succès. Maintenant, comme le soulignait, l'article c'est à ceux qui se sont impliqué dans ce projet de le faire les ajustements qui s'impose et de passer en vitesse supérieure – si cela est possible...

Ce qui m'amène à parler de Québec Solidaire et de cet appel à dépasser le capitalisme.

Je suis allé lire les textes proposés par Aaaanonyme, que je tiens par ailleurs à remercier de m'avoir fait découvrir le site www.pressegauche.org.

QS nous invite à dépasser le capitalisme. Qu'est-ce que ça veut dire exactement? Je ne le sais pas et QS ne le sait pas non plus c'est pourquoi ils invitent qui veut bien participer à en débattre. Cela dit, on sent quand même que ça sous-entend un nouvel ordre social et donc des changements en profondeur – qui sont probablement incompatible avec le système en place.

À mon sens il est possible de « dépasser le capitalisme » par l'intérieur. Il est possible, par exemple d'encadrer les échanges internationaux afin que les biens fassent moins de chemin. Il est possible de réglementé le travail afin que les patrons cesse de gagner 150 fois le salaire des employés, il est possible de réglementé la production afin que les entreprises soient obliger de récupérer et de recycler ce qu'elles produisent (cradle to cradle) – c'est déjà négocié en Europe pour les voitures.

Par contre tenter de vivre en dehors du système en otarcie complète ou même partielle c'est très difficile. Oui, on peut repenser le système. C'est absolument évident qu'il n'est pas idéal et qu'il y a place à l'amélioration, mais le faire en dehors des institutions ce n'est pas, à mon sens, la meilleure façon.

.jpm

14:51 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.