Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2009

Plus cher chez St-Hubert

Je suis allé dîner chez St-Hubert jeudi dernier avec des collègues. À l'arrivée du menu j'ai constaté que les prix avaient augmentés. Vous me direz que ce n'est pas que chez St-Hubert, le prix du dîner, qu'il soit fast-food ou régulier, a augmenté à peu près partout.

Cela dit, la première réaction d'un de mes collègues à cette augmentation fut de mentionner que le salaire minimum venait d'augmenter, soulignant par le fait même le lien de cause à effet qui semblait relier les deux augmentations. Sur le coup, je me suis dis « as, ben oui, c'est vrai », puis je me suis souvenu de cet article dont j'avais parlé sur l'augmentation du coût de la vie et principalement celui des aliments.

Je n'avait plus les chiffres en tête, mais il m'apparaissait que si le prix du poulet avait augmenté autant que le salaire minimum, la hausse du prix du poulet devait avoir un impact plus important sur le prix que celui des employés pour la simple et bonne raison qu'on sert plus de poulet à l'heure qu'il y a d'employés.

J'ai vérifié les chiffres ce matin. Le salaire minimum a augmenté de 0.50$ sur 8.50$ pour s'établir à 9.00$ de l'heure – une augmentation de 5.9%. Le poulet lui a augmenté de 9% .. les légumes frais quand à eux ont augmenté de 26%! Et, oui, les patates frites qui accompagnent le poulet sont faites de légumes frais.

Avec ces chiffres en mais j'ai tenté de compter la variation de coût d'opération du restaurant. Ce n'est pas simple puisque je n'ai pas une bonne idée du nombre de personne que ça prend pour servir 200 clients. Et puis il y a le nombre moyen de poulet et de légumes frais par client, sans parlé du fait que certains employés ne sont là que pour trois haures alors que d'autre doivent être sur place toute la journée.

Reste que mis simplement s'il y a 40 personnes pour en servire 200, les 40 personnes coûtent sur les trois heures de service minimales 60$ de plus à la chaîne alors que les 200 repas servis coûtent au bas mot – si je mets le prix de base à 5$ - entre 100 et 150$ de plus 200 x5 = 1000 x10 ou 15%.

Ainsi, malgré la hausse du salaire minimum – qui en passant effectuait du ratrappage par rapport au coût de la vie – la hausse des prix de nos petits dîner au resto est dû en grande partie à l'augmentation des aliments... Et j'omets celle dû à l'augmentation des loyers et de l'énergie qui sont loin d'être nulles.

.jpm

11:38 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.