Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2009

San Jose et la « Bay Area » : survol bis

La journée suivante nous avons pris le chemin des montagnes, celles qui isolent la « Bay Area » et donc San Jose de l'air frais du large. Contrairement aux montagnes qui se trouve à l'est de la baie, celles-ci comportent de gros séquoias qui sont plus géants par leur hauteur que par leur diamètre, mais c'est tout de même impressionant. Pour moi le trip – mis à part la nature – c'était, évidemment d'aller faire du bloc. La roche là-bas est très intéressante : gros, très gros blocs de fond marin et donc de sable compressé qui ont connu des jours tumultueux et qui, par conséquent, sont traversé de ces trous qui caractérise la roche qui a été sculpté par des tourbillons d'eau. Et je parle ici de gros trous trous, certains auraient pu contenir une voiture! Bref, super intéressant à grimper.

Les parcs nationaux aux États-Unis sont constamment menacé de fermeture. Castle Rock, celui que nous avons visité n'y échappe pas. C'est un très beau parc, relativement près de San Jose. Si vous êtes dans le coin ça vaut le détour pour la marche et pour l'escalade très certainement. Seul bémol, un champ de tire amateur borde une partie du parc et c,est franchement désagréable d'entendre ces coups de fusil en continu. Putain d'américain avec leur amour pour les guns.

San Jose est une ville plutôt industrielle, mais du type logiciel. C'est très propre, mais ça manque d'âme. Par contre c'est très bien situé, 40 minutes de San Francisco, 40 minutes des montagnes, 40 minutes de Santa Cruz, 1h00 de Carmel et on y mange très bien – si on cherche à bien manger.

La ville a récemment donné son aval à un projet d'envergure visant à créer un « centre-ville » plus hollywoodien. Santana Row est le résultat de ce projet. Si vous voulez mon avis, c'est très artificiel et je préfère encore le centre-ville réel de San Jose même s'il est un peu plus froid. Par contre Santana Row représente bien ce que l'on pourrait appeler l'Amérique Disney : Tout est contrôlé, marque de commerce partout, tout est chic, tout est propre, tout est privé, la police et la sécurité de la Row sillonne la rue en permanence. On y trouve de très grands stationnements à étage gratuits et des taxis – ce que l'on ne retrouve nul part ailleurs en ville... Bref c'est totalement artificiel, mais ça semble plaire. Les gens veulent vivre le rêve américain et cette rue le leur donne pour un instant réalité en moins.

San Francisco est bien sûr la reine de la région et le mérite amplement. C'est définitivement une des plus belle ville au monde. Elle a un charme fou avec ses côte et ses maisons victoriennes et on y très mange bien pour peu que l'on s'en donne la peine. De la très fréquenté Market street à la plus marginal Height street, San Francisco se donne se déploie dans toute sa splendeur et sa complexité. Tantôt calme et paisible, tantôt bouillonnante... Sa richesse discrète étonne tout comme la pauvreté que l'on croise dans certaines rues.

Bien que c'était ma troisième visite à SF et que je crois avoir pas mal tout vu, j'y retournerais n'importe quand. Bref, à voir si vous en avez l'occasion.

.jpm

11:24 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.