Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2009

Voyager en gang

Dans les dix dernières années, j’ai plus souvent voyagé seul qu’autre chose et principalement dans des pays où je ne comprenais rien de la langue local. Ça fait des voyages très cérébrales. On visite, mais on a personne avec qui échanger nos impressions alors on les gardes pour nous.

Voyager en gang permet au contraire de discuter constamment de ce que l’on voit d’avoir l’avis d’un autre sur le comportement à adopter ou sur les choix à faire. Ce sont des voyages de partage où l’on discute beaucoup et où l’on fait peu d’introspection.

D’un autre côté se verbiage constant isole. On est en groupe, en famille alors on n’est plus autosuffisant. Il n’est pas nécessaire de se mêler aux gens de la place pour avoir des contact avec un autre. Les rares échanges avec les autres sont plutôt accessoires, ils sont utilitaire. On achète un repas, on demande une direction. De toutes façons, même pour l’autre la prise de contact avec un groupe est moins tentante, les gens sont plus gêné face à un groupe ou une famille…

L’avantage du voyage solitaire est indéniablement là. La nécessité et la capacité d’entrer en contact avec l’autre est beaucoup plus grande. On demande de simples directions et l’autre vous demande alors ce que vous faites là, où vous allez, ce qui vous a plus et ainsi de suite. Même lorsque la conversation est difficile, même lorsqu’il manque plus de la moitié des mots on se parle, on communique et ainsi on découvre l’autre de façon bien plus profonde que lorsque l’on est en groupe.

Les deux type de voyages on leur intérêt. Vivre des choses en gang, que ce soit avec des amis ou la famille, c’est très important pour l’histoire et l’intégrité du groupe. Mais voyager seul et se trouver nu face à l’autre, face à soi-même est également quelque chose d’important dans le développement humain.



Ais-je oublié le voyage en couple? Presque.

S’il ne se classe pas vraiment dans l’une ou l’autre des deux catégories, c’est qu’en fait il peut avoir le bon côté des deux. Si le couple est intéressé aux autres, à l’endroit qu’il visite et qu’il le démontre, beaucoup de gens prendront le temps de d’aller au-delà de l’échange utile et engageront la conversation. Et puis, bien sûr, à deux c’est toujours plus facile de discuter et d’échanger sur le voyage.

Bref, quelque soit le type de voyage, en groupe, en famille ou en couple, l’important c’est de voyager et d’en profiter au maximum pour … voyager!

.jpm

Les commentaires sont fermés.