Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2009

Le retour

Pour moi le retour a commencé à Wuhan après la dernière visite client de notre voyage. C’était jeudi le 10 septembre vers 18h00. Notre client a eu l’amabilité de nous réserver des places sur le vol de 21h45 pour Shenzhen et ensuite de venir nous conduire au stop de taxi le plus proche à cinq minutes de ses bureaux.  Une fois un taxi trouvé il a même pris le temps d’expliquer au taxi le chemin idéal à prendre pour arriver  à l’aéroport. Il ne nous restait semble-t-il que peu de temps. Traverser la ville allait  prendre au minimum deux heures et demie.

Nous sommes tombés sur un bon chauffeur, le trajet a effectivement pris deux heures et demie. Une fois à l’aéroport il a fallut aller chercher nos billets et passer un premier contrôle sur une interminable série…

Une courte heure d’attente et nous sommes partie de Wuhan, un vol de 2h30 nous amènerait vers Shenzhen. Une fois sortie de l’avion et de l’aéroport il faillait trouver un taxi qui allait nous emmener à la frontière hongkongaise. Malheureusement notre ni notre chauffeur ni le portier ne connaissait la direction exacte de la douane qu’il fallait franchir – a cette heure tardive il n’y en a plus qu’une d’ouverte.  Fort heureusement, un de mes collègues, celui qui voyage le plus a eu la bonne idée d’appeler à l’hôtel où nous étions les journées précédentes afin que quelqu’un explique au chauffeur ce que nous voulions. Ça a pris un certain temps, mais peu importe la route entre l’aéroport de Shenzhen et le poste frontalier prenait environs une heure malgré le fait qu’à minuit les routes étaient plutôt désertes.

Traverser la douane 24h entre la Chine et Hong Kong est toujours compliqué. Il faut passer un premier contrôle, celui de la santé (Avec la grippe H1N1, ils sont encore plus stressé – remplir le petit papier) ensuite il faut sortir de la Chine. Malgré l’heure tardive, il y a beaucoup de trafic dans cette douane qui date de bien avant la rétrocession et qui est, par conséquent, plutôt mal adapté au flux auquel elle a affaire aujourd’hui. Il fait chaud, ça cri partout et ça ne sent pas très bon non plus.

Une fois la douane passée il faut s’entasser dans un autobus (payé 7 RMB : 1$) qui nous conduira à la douane hongkongaise quelque cinq minutes plus tard. Encore là contrôle de santé (remplir un second petit papier) avant de pouvoir passer à la douane laquelle requiert un troisième petit papier. Deux trois bus arrivent à la fois à cette heure (nous sommes maintenant le 11 septembre) mais les douaniers sont efficaces cinq minutes suffisent pour passer et de nouveau il faut trouver un taxi. Les verts ne vont pas en ville, il faut prendre un rouge. Notre chauffeur parle bien anglais et sait exactement où se trouve notre hôtel. C’est un bon soulagement. Cela fait déjà 7h00 que nous sommes partis, la course nous menant à l’hôtel devrait durer un peu plus d’une heure et plus personne n’a le goût de faire des courbettes pour se faire comprendre.

Le trafic est léger, il faut dire qu’il est deux heures du matin… Nous débarquons à l’hôtel, passons nous enregistrer, un autre 5 à 10 minutes. Je monte mes bagages à ma chambre et redescend pour envoyer un courriel urgent et dire bonjour à ma blonde. Hong Kong est superbe la nuit alors je sors quelques minutes même s’il est déjà 2h30 du matin. Malheureusement les lumières qui éclairent habituellement les nombreux gratte-ciel sont éteinte alors je rentre me coucher.

Après une courte nuit de quelques 4h00 de sommeil, je me lève pour aller faire un dernier petit tour dans Kowlong (la péninsule qui fait face à l’ile) avant de quitter Hong Kong pour de bon. La ville est beaucoup moins belle le matin sans les lumières qui l’habillent la nuit tombé. Je vois tout de même quelques vieilles dames qui font du Tai Chi dans le grand parc de Kowlong. Mais l’heure avance, je
dois aller déjeuner et faire mon « check-out » à l’hôtel, notre vol part vers midi et nous devons faire une autre heure de taxi pour s’y rendre.

Vers 10h00 nous embarquons dans le dernier taxi qui nous mènera à notre second vol de retour. Cela fait déjà 14h00 que nous voyageons. Nous avons déjà fait plus de cinq heures de taxi et passé cinq poste de contrôle…

Nous arrivons à l’aéroport avec un peu plus d’une heure avant l’embarquement. Nous passons un sixième contrôle H 1N1 et sécurité aéroportuaire en même temps. Une fois dans l’avion je me retrouve par hasard assis à côté du collègue que nous avions laissé derrière lors de notre départ pour Wuhan. Il aura fallut près d’une heure avant de décoller à partir du moment où je suis entré dans l’avion non sans avoir passé un contrôle supplémentaire surprise parce que nous somme le 11 septembre – septième contrôle.

Le vol Hong Kong – Chicago dur 14h30. Il est environ 13h00, cela fait dix-neuf que j’ai entamé mon retour. Avec ces quatorze heures de plus je vais en être à un peu plus de trente-trois… Le vol s’est bien déroulé j’ai réussi à dormir pas mal. Il faut dire que le manque de sommeil de la dernière semaine commence à se faire sentir sérieusement.

Une fois à Chicago (il est 14h00 heure local) on doit à nouveau remplir un petit papier. Celui des douanes américaines cette fois.  Une fois la douane passée – huitième poste de contrôle, il faut entrer dans la zone de vols nationaux et refaire le contrôle de sécurité – et de neuf ! Le prochain vol est à 19h00 et il n’est que 15h00 nous avons donc à peu près trois heures à tuer. Voyager avec des grands voyageurs a ses avantages, nous avons accès au salon United où les sièges sont plus confortables et où il y a de petits trucs à grignoté. J’en profite pour recharger mon portable et prendre quelques vers d’eau – nous irons manger avant de partir.

Vers 18h00 nous nous dirigeons vers la porte d’embarquement. Un petit vol de deux heures et nous sommes à Québec. Vu d’ici à 30 000 pieds d’altitude et après plus de tente-huit heures de vol, de taxi et d’attentes, il me semble que le but est proche et que le voyage n’a finalement pas été si long. Déjà, je sais que cette semaine passé en Chine ne sera bientôt plus qu’un vague souvenir… Une mélange de rencontre, de taxis, d’avions, de bonne bouffe, de chaleur étouffante et d’odeurs exotiques. Déjà je sais que le retour au quotidien ne sera pas facile. Je vais être fatigué et très occupé, mais le voyage en vaut toujours la peine et la Chine un pays fascinant.

Reste plus qu’à passer les douanes canadiennes et à prendre dernier taxi, celui qui me conduira à la maison. Pas de trafic, pas de problème de communication et bien sûr moins de 20 minutes – quand même, on est bien chez soi.

.jpm


p.s. D'autres "Made in China" devraient suivre, mais celui-ci était déjà écrit...

 

10:47 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.