Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2009

De L’ADQ à Québec Solidaire

J’ai lu ce matin un petit article sur le support d’Amir Khadir au Fond Commun de fonctionnaires québécois qui réclame rien de moins qu’une augmentation salariale de 11,25% sur trois ans et une foule d’autres avantages sociaux – qui devraient, il faut le souligner, être définie sous forme de loi afin que toute la population en bénéficie.

Je l’ai déjà dit, cette hausse me dérange et ce, d’autant plus qu’on parle au Front Commun d’un rattrapage sur le privé alors que le privé gagne moins que le public. Monsieur Khadir est d’accord avec cette hausse, c’est pour lui une bonne façon de relancer l’économie parce que ces gens là vont dépenser leur argent ici! J’ai de gros doutes et des réserves.

Premièrement, pour payer les fonctionnaire, il va falloir puisque QS n’est pas au pouvoir, aller piger cet argent dans les poches des québécois et donc dans les poches de gens qui n’auront plus cet argent pour la dépensé. Les impôts étant de moins en moins progressif, c’est tout le monde qui va ramasser la facture, donc pas d’argent neuf. Deuxièmement, les fonctionnaires qui vont en profiter sont principalement des gens de la classe moyenne élevé (67% des fonctionnaire se retrouvent dans les deux derniers quintiles salariaux au Québec) et donc risque fort de dépenser cet argent en voyage en Floride, en Europe ou dans un nouveau cinéma maison fait au Japon et acheté dans une grande chaîne américaine – bref pas qu Québec ou si peu.

Ainsi, côté analyse de la situation actuelle, je penche plus du côté de l’ADQ (ou du moins, de son côté historique). Commençons donc par regarder comment on pourrait réorganiser le fonctionnement de l’État pour qu’il soit moins gourment. Faisons un vrai bon ménage avant d’envisager des hausses. Et une fois le ménage fait assurons-nous que l’argent va à la bonne place. Posons-nous de vrai question sur le fonctionnement de l’État tant pour nos infirmières mal payés qui se tuent au travail que pour les comités bidons et grassement payé (avec compte de dépense en plus) qui font des recommandations farfelues et irréalisables.

Par contre côté solution, je dois dire que l’ADQ me perd sérieusement. Privatiser tout n’est pas une solution. Et, honnêtement, je suis loin d’être convaincu que le privé est toujours plus efficace que le publique. L’éducation ça se doit d’être public, comme la santé.

Et, c’est là que je reviens à M. Khadir et à QS, ses solutions sont intéressantes. Instaurer des redevances sur les mines et ce qui y est extrait, ce n’est pas incroyablement nouveau, mais calvaire, c’est juste carrément inconcevable que ce ne soit pas déjà fait! Idem pour les paradis fiscaux. Le gouvernement canadien ou québécois (je ne me souviens plus) pense aujourd’hui s’attaquer aux commerçant sur eBay pour qu’ils payent leur taxes et impôts, mais par contre ils ne foutent rien contre les banques canadiennes qui ont toutes et sans exceptions des succursales dans un ou plusieurs paradis fiscaux. En 2007 c’est 146 milliards de dollars qui a été  « investi » dans ces paradis fiscaux!

Alors, à quand l’ADQS !?

.jpm

16:18 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.