Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2009

Brèves : Salaire décent, Élection à Montréal et la laideur

Ma blonde est passé à l'UQÀM hier et elle est tombé sur une discussion pour le moins surprenante. Des profs de psychologie industrielle discutaient entre eux de la difficulté de recruter de nouveaux profs issus du milieu professionnel. Et c'est là que c'est sortie « 80 000$ par an, c'est quand même un salaire décent, mais ce n'est pas suffisant pour attirer les gens du privé... »

Déjà, vous serez d'accord avec moi, 80 000$ par an c'est beaucoup plus qu'un salaire décent quand on pense le salaire moyen au Québec est d'un peu plus de 33 000$ par an ou, pire que le salaire familiale moyen est de 58 000$ par an, dire que quatre-vingt milles dollars par an c'est décent, c'est faire preuve d'une déconnection totale de la réalité. Mais ça ne s'arrête pas là! Le gens du privé qui font le saut dans l'enseignement universitaire ont droit à une prime qui va jusqu'à 20 000$ par an. C'est donc dire que les psychologues industriels gagnent facilement dans les six chiffres s'ils ne veulent pas d'un job universitaire!

Maintenant posez-vous la question : Est vraiment logique de payer le gars qui écoute les problèmes des travailleurs et qui les conseil deux, trois voir quatre fois le gars qui lui produit quelque chose pour l'entreprise? Son travail vaut-il vraiment quatre ou cinq fois celui du manoeuvre? Je veux bien croire que certain méritent plus que d'autre, mais ça, ça a juste aucun sens.

...

Si vous avez suivi les élections à Montréal de loin comme moi, vous avez probablement entendu parler, vaguement parler de la « carte électorale linguistique montraélaise » qui avait avantagé M. Tremblay. Sur le coup j'ai cru que c'était les ville francophones qui l'avait aidé, mais j'avais tout faux.

Josée Legault traite du sujet, n'y va pas de main morte et honnêtement il était temps que quelqu'un le dis haut et fort : « Toutefois, objectivement, parce que cela a un impact sur la prise de décisions majeures, on ne peut pas faire l'autruche devant un certain refus d'une majorité de non-francophones de distinguer les enjeux liés à la question nationale de ceux qui ne le sont pas et ce, semble-t-il, pour cause d'anti-nationalisme obsessionnel. » À lire sans faute.

...

David Desjardins nous a pondu deux excellents textes sur la laideur, celle bien humaine de certaine personne – surtout des filles. Le premier est un constat suivi d'une interrogation. Le second, encore plus intéressant est constitué de commentaire de lectrice entrecoupé de remarque de Desjardins. À lire pour comprendre le monde, ne serais-ce qu'en partie.

.jpm

12:10 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.