Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/11/2009

L’âge de la perspective

J’ai 36 ans et, depuis quelques années, je me rend compte que suis capable de regarder les événements de ma vie et ceux du monde avec beaucoup plus de perspective.

Cet état de fait n’est pas nouveau, mais si je compare mes idées à celles que j’avais dans la vingtaine force est de constater qu’elles ont bien changé. Et je ne parle même pas de l’enfance ou de l’adolescence où le manque de perspective est flagrant.

On passe tous par là, dans la vingtaine. Vouloir changer le monde et ne pas comprendre pourquoi certaines solutions simple, en apparence, ne sont pas mise de l’avant. Certains y restent accroché d’ailleurs. Les solutions simples et simplistes font les beaux jours de bien des animateurs radio populistes et de certains partis politique.

Cela dit, depuis la mort de ma grand-mère, elle qui est née en 1913, je mets ma propre perspective en perspective.

On ne lui a pas parlé de la crise économique, mais si on l’avait fait elle aurait probablement pouffé de rire. Quelle crise économique? La bourse est tombé de 50%, le taux de chômage a grimpé à 10%, ouf! Durant la grande dépression de 1930 qu’elle a vécu au début de l’âge adulte, la bourse a chuté de 90% et le taux de chômage est monté à plus de 30% et il est resté là pendant plusieurs années. Une personne sur trois a perdu son travail, pas une sur dix…

Le conflit en Afghanistan, nos quelques centaines de morts, la ferait également bien rire, elle qui a connu les deux grandes guerres où les morts se comptaient par dizaines de milliers. Elle aura aussi connu la conscription dont on est très loin aujourd’hui.

Internet? Les webcams et l’auto électrique? Bah, de simples évolutions. Elle, elle a connue l’apparition du téléphone, de la télévision de l’auto point, du vol transatlantique et du vol jusqu’à la lune…

Côté social? Mondialisation et autre. Encore là le dix-neuvième siècle n’est pas à plaindre. Développement de la classe moyenne, apparition des banlieues et de ce mode de vie et oui, développement du commerce international – le riz dans nos épiceries, ça ne date pas d’hier!

Bref, sans être condescendante, ma grand-mère riait probablement sous cape de nous voir nous énerver tant que ça pour des développements qui, finalement, n’étaient peut-être pas aussi extraordinaire à ses yeux.

.jpm

p.s. Les chiffres donnés ici le sont de mémoire, je n’ai pas eu le temps de faire les vérifications qui s’imposaient.

12:48 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.