Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2009

Le niveau d'inégalité désiré

Hier, après avoir parlé des différentes politiques de taxation, je terminais mon billet sur le niveau d'inégalité désiré. La raison est simple, c'est que cette question d'inégalité est une façon de poser le problème central de ce qu'on appel aujourd'hui le centre – par « opposition » à la droite et la gauche, ou plutôt aux extrême droite et gauche.

Pour l'extrême gauche, il ne doit y avoir aucune différence entre les individus. Tout le monde doit avoir les mêmes opportunités et gagner le même salaire. Le problème vous diront les économistes c'est que dans ce type de d'économie il n'y a pas de motivation a se dépasser, à innover, à devenir meilleur.

Pour l'extrême droite, tout doit être privé, l'éducation et la santé inclus, ce qui à terme (et on ne parle pas ici de milliers d'années – plutôt quelques générations à peine) crée des castes dont il est impossible de sortir. Le problème ici est évidant.

Bien évidemment, le débat ne se pose pas en ces termes. Les gouvernements qui ont gérés la province ne se sont jamais posé la question en ces termes, mais les politiques mises de l'avant ont toute fois un effet direct sur l'inégalité qui existe dans la société.

Est-ce que les subtiles différences économiques qui distinguent l'Ontario du Québec font de l'un ou de l'autre un idéal? Non, mais il y a une sacrée marge entre le Canada et les États-Unis et si le Québec se rapproche de l'Ontario, gageons que de son côté l'Ontario tand à se rapprocher des États-Unis et on ne veut clairement pas se rendre jusque là.

À titre d'exemple, le coefficient de Gini, indicateur d'inégalité très répandu, est de 0.33 au Canada alors qu'il est de 0.41 aux États-Unis. Pour vous donner une référence, le Danemark est premier avec 0.25 alors que des pays comme le Brésil et la Colombie se retrouve en fin de liste avec des coefficients de 0.57 et 0.59 respectivement.

Bien sûr personne ne veut ni de l'extrême gauche, ni de l'extrême droite, mais si ces limites sont facile à tracer, le choix d'un « modèle » d'inégalité centriste l'est beaucoup moins. Cela dit il devrait être clair pour tous – et surtout nos dirigeants – qu'il faut choisir un modèle et cesser de jouer aveuglément avec les paramètres qui sous-tendent en espérant que la cohérence va émerger d'elle-même.

.jpm

12:50 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.