Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2009

Charest ouvre la porte constitutionnelle

Je ne suis pas un expert en matière de constitution, mais cette mésentente entre M. Charest et M Prentice au sujet de la capacité du Canada à prendre des décisions pour les provinces et fort intéressant.

Avec une assemblé des premiers ministres de plus en plus forte et des ententes inter-provinciales de plus en plus avancées, les premiers ministres avec M. Charest en tête ont probablement beaucoup plus de pouvoir qu'ils en avaient.

Voici ce que M. Charest a déclarer à Copenhague lorsqu'il est devenu évidant que le Canada n'allait pas s'engager sur des cibles plus sérieuses que le maigre 3% qui était déjà sur la table (Notez au passage que le Québec, l'Ontario et la Colombie-Britannique qui représente 80% de la population canadienne et 75% du PIB national ont tous des cibles variant entre 15 et 20%) :

«À Copenhague, le gouvernement fédéral a le pouvoir de signer des traités, mais il n'a pas le pouvoir d'engager nos gouvernements provinciaux dans nos domaines de compétences. Ça, c'est la réalité canadienne, et c'est la dure réalité»

Et il va même plus loin :

«Dans un système fédéral de gouvernement, nous sommes égaux, nous ne sommes pas les gouvernements juniors du gouvernement national, ce n'est pas vrai, ça; il y a un partage des compétences entre nous»

Ça frappe fort ça. Peut-être que j'interprète mal, mais j'ai l'impression qu'il parle ici plus d'un fédération que d'une confédération. À entendre M. Charest, le gouvernement canadien n'a pratiquement pas raison d'être. Nous devrions avoir un premier ministre canadien nommé par les provinces pour administrer ce que les provinces veulent bien mettre en commun.

Nous nous retrouverions alors dans une situation que j'ai déjà évoqué et souhaité, à savoir que le Canada soit géré par par l'assemblé des premier ministre. Ce serait comme un comité supra-gouvernemental où les grandes décisions d'orientations seraient prises et où les stratégies de mise en oeuvre seraient débattues, mais ça s'arrêterait là, le reste ça se passerait dans chacune des provinces...

Si au moins se débat pouvait ouvrir les yeux de certains. Mais j'en doute fort, la nouvelle n'a pas été reprise dans La Presse – ouvertement fédéraliste, et je doute fort que les propos de M. Charest soient rapportés dans le National Post...

Espérons seulement que les autres premiers ministres l'entendent.

.jpm

12:08 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.