Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2010

Quelques suggestions pour sortir le Québec du rouge

D'emblée j'aimerais souligner que je ne suis pas encore totalement convaincu que nous soyons collectivement à ce point là dans le rouge. Depuis la crise, tout le monde est en plus ou moins dans le rouge. Peut-être le sommes-nous un peu plus que d'autres, mais de là à croire que le Québec va s'effondrer la semaine prochaine, il y a des limites.

D'autre part j'aimerais aussi souligner que je ne suis pas nécessairement d'accord avec toutes les propositions contenues dans les liens vers lesquels je pointe ci-dessous. Cela dit, certaines ont bien du sens et rejoignent les miennes. Par contre il s'en trouve des carrément ridicules comme celle, entre autres, d'éliminer totalement le système d'imposition pour le remplacer par un système de taxation. L'effet d'une telle mesure serait de surtaxer les pauvres et de sous-taxer substantiellement les riches – on a beau avoir de l'argent on ne peut pas manger, se vêtir et consommer beaucoup plus que les pauvres et ce n'est pas une taxes extraordinairement élevée sur les bien de luxe qui arrangerait les choses, les riches iraient les acheter ailleurs...

Donc voici les liens vers quatre articles parus dans le Journal de Québec et à la suite mes propres suggestions – suggestions qui seront envoyé au Journal à M. Jean-Jacques Samson qui a lancé un appel à cet effet.

Subventions aux entreprises : Trop c'est trop!
Un ménage à faire dans les programmes.
« Il faut résoudre le problème »
Québec dans le rouge : Suggestions des lecteurs

Les miennes maintenant :

Instaurer une taxe de redevance sur le sous-sol québécois qui s'adresse principalement à l'industrie minière. C'est une suggestion de Amir Khadir que je reprends à mon compte et j'ajoute que cette redevance devrait être assortie d'une obligation de faire la première et la seconde transformation du minerai ici au Québec.

Ajouter de nouveaux paliers d'imposition. Le fédéral en a quatre, le dernier visant les salariés gagnant plus de 126 264$ par an alors que le Québec n'en compte que trois et dont le dernier commence à 76 770$ par an. On pourrait également offrir des retours d'impôts plus élevés pour les plus pauvre et diminuer ceux des plus riches. (Vous l'aurez remarquer, le fédéral se garde la part du lion pour ce qui est de l'impôt prélevé aux entreprises – ce qui nous coupe d'autant de marge de manœuvre.)

Imposer les gains en capitaux à 100%. Il n'y a aucune raison valable pour que seul 50% de gains en capital soit assujetti à l'imposition!

Limiter les subventions aux entreprises aux seuls secteurs stratégiques et aux entreprises qui en ont besoin. Nous subventionnons régulièrement des entreprises qui sont rentables et qui n'ont aucun projet de développement nécessitant réellement une subvention.

Indexer les frais de scolarité au cout de la vie et cela y compris lorsque, comme cette année, le coût de la vie diminue. (Cela pourrait d'ailleurs s'appliquer à une foule de frais.)

Réviser la structure de certains ministère. Cela a été abondamment dit, mais il faut le faire une fois pour toute et cesser ensuite de tout changer à chaque année – faisons une révision aux cinq ans et rendons ces structures indépendante des gouvernements en place. L'édifice G est constamment en réorganisation, ça n'a pas de sens!

Couper complètement ou presque les comptes de dépenses des fonctionnaires et autres acteurs de la fonction publique. Il y a beaucoup trop de gens qui ont accès à ce genre d'avantage social non-imposable et très coûteux pour l'ensemble des contribuables.

J'en aurai peut-être d'autre, je continus ma réflexion et vous invite à en envoyer à M. Samson. Ce sont les seuls armes que nous avons pour nous faire entendre sans bloquer un pont alors utilisons-les!

.jpm

 

12:02 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.