Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2010

La gauche au pilori

Voici un texte que j'ai envoyé à Richard Martineau en réaction à son texte La droite au bûcher.

La dénonciation virulente que vous faites de la go-gauche, cette gauche syndicalisé et hautement conservatrice, a l’effet pervers de discréditer la gauche au grand complet. Remarquez, vous n’êtes pas le seul, la droite se fait un malin plaisir a associé toutes les idées de la gauche à la go-gauche, ça clos le débat rapidement, car entre-nous, personne ne veut être associé à cette go-gauche que tous condamne.

Mais il y a pire en discréditant la gauche, on court-circuite complètement le débat, exactement comme le ministre des finance le fait en formant un groupe de travail composé d’économistes de droite uniquement. Du coup on en a plus que pour les tarifs et les taxes!

Pourquoi ne pas évaluer la proposition de Québec Solidaire d’imposer aux minières qui sortent pour plus de 17 milliards de dollars par année de matière première non renouvelable de notre sous-sol une redevance sur ledit sous-sol?

Pourquoi ne pas ajouter un palier d’impôt autour de 125 000$ par an comme c’est le cas au fédéral?

Et puis d’ailleurs, qui a décider que de gérer de façon responsable les finances publique était nécessairement de droite? Les abus de nos chers fonctionnaires sont décriés autant par la droite que par la gauche.

En fait le nœud du problème est là, en stigmatisant le débat autour des idées de gauche et des idées de droite on passe à côté d’une étude sérieuse et globale des options qui s’offrent à nous.

Le film de M. Marcotte, ne lui en déplaise comptait nombre d’idées de gauche. En voici une excellente tiré de son documentaire : « Il est illogique qu’une formation de médecin coûte 3000$, on devrait obliger le médecin formé au Québec à travailler au Québec pour un nombre minimal d’années. » On est presque dans le socialisme là!

À mon sens il faut tout mettre sur la table, en évaluer les tenants et aboutissants en détail en ensuite seulement faire un choix politique. Car il est bien évidant qu’on y reviendra, hausser les frais de scolarité mur à mur c’est de droite, mais augmenter du même coup les bourses pour les plus pauvres, c’est de gauche et ultimement la question c’est savoir si l’on veut ouvrir l’école à tous et leur faire payer après à travers les impôts ou alors limiter l’accès en faisant payer à l’entrée… La-dessus je crois que le choix des québécois est déjà fait et il est et restera de tendance social-démocrate.

.jpm

12:59 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.