Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2010

Une foi inébranlable

Pour faire suite à mon texte de la semaine dernière sur les écoles juives et la religion je vous soumet ce aujourd'hui les conclusions d'une étude faite par Éric Kandel sur la « programmation » neuronale.

Ça fait longtemps que les psychologues nous le disent, l'autosuggestion ça fonctionne. À force de se dire qu'on est pas bon, on fini par le croire et le devenir. Mais c'est à travers un ouvrage de Jean Devirieux, que j'ai trouvé une confirmation scientifique (lire mesuré directement dans le cerveau) de cette réalité bien connue.

« Il revient à Éric Kandel, de l'université de New-York, Prix Nobel de médecine 2000, d'avoir découvert, par ses travaux sur les neurones, comment les circuits synaptiques peuvent être soit affaiblis, soit renforcés selon la nature, l'intensité et la répétition du stimuli, donc des informations, et comment le stockage des informations répétitives peut reconfigurer ces circuits synaptiques et modifier l'anatomie du cerveau de façon durable*. » Notez que vous pouvez lire cet extrait et quelques autres sur Google, chapitre 1, section 1.8.

Ainsi il apparaît clairement que le fait de fréquenter pendant plusieurs années une école confessionnelle où jour après jour on nous inculque une foi spécifique, fini inévitablement par modifier de façon permanente notre cerveau. Cette foi et les « vérités » qui en sont constituantes deviennent alors absolument inébranlable. Elles sont profondément ancrées comme vérités absolues dans notre cerveau.

On comprend mieux alors pourquoi il semble souvent impossible de raisonner des croyants ou simplement de discuter avec eux. Leur cerveau s'est carrément modifié pour croire en Dieu et cela est aussi vrai pour eux que l'eau est mouillé...

J'imagine qu'à force de discussion il serait possible de renverser la vapeur. Tous ceux qui ont joué à Tetris le savent. Là aussi le cerveau s'adaptait pour jouer – le cerveau des meilleurs joueurs travaillait moins que celui des novices! Mais en cessant de jouer, ces liens ont cessés de se renforcer, mais peuvent-ils vraiment disparaître? Peut-être, mais ça ne sera assurément pas facile.

Ça permet également de mieux comprendre ce sentiment profond qu'est la foi. Ça vient de l'intérieur, on est comme convaincu du plus profond de notre être... Ce qui semble tout à fait évidant si l'on considère que cette « vérité » est inscrite dans notre cerveau, dans les circuits synaptiques et ce de façon plus ou moins diffuse.



Alors voilà, on comprend mieux pourquoi les gens qui ont la foi sont souvent intraitable sur ce sujet et aussi les dangers de l'éducation confessionnelle. Maintenant comme le suggère M. Devirieux il s'agit de passer à la législation.

.jpm


*Jean Devirieux, Manifeste pour le droit à l'information: De la manipulation à la législation, Presses de l'Université du Québec (PUQ), 2009, 202 pages, ISBN 978-2-7605-2365-4

11:56 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.