Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2010

Liberté de conscience

Oui, j'ai écouté Tout le monde en parle et oui j'ai bien compris l'argument de Charles Taylor, un penseur par ailleurs terriblement intéressant. Mais pour faire suite à mon billet d'hier sur le conditionnement religieux et, malgré cet argument de liberté, je dois dire que je ne suis pas d'accord avec M. Taylor, du moins dans une certaine mesure.

L'argument de la liberté de conscience qui veut que l'on puisse choisir ce en quoi l'on veut croire et vivre selon ces préceptes me va, tant que lesdits préceptes et croyances ne viennent pas brimer la liberté des autres ou nécessiter la dé-laïcisation de l'État, même partiellement.

Maintenant, mon premier problème apparaît quand cette prétendue liberté de conscience finit par apparaître comme une prison mentale et que les préceptes qui la sous-tendent pousse les croyants à remettre en question et même contester des faits qui sont complètement à l'extérieur du monde spirituel comme, exemple phare, le combat pour l'enseignement du créationnisme!

Mon second problème, et celui-ci est encore plus sérieux, apparaît avec « l'enseignement » religieux que les parents croyants prodiguent à leur enfants. Certains diront qu'ils les élèves dans la foi, moi je dirais qu'ils les endoctrinent.

Je veux bien me rallier à l'argument de la liberté de conscience, mais je ne crois pas qu'un enfant de cinq an fasse un choix conscient de croire quand il est « élevé dans la foi ». Je n'irais pas jusqu'à dire qu'il s'agit là d'un crime, mais une atteinte à la liberté certainement. Et, comme nous l'avons vu avec l'essai de M. Devirieux, la « programmation » religieuse peut-être très, très difficile à effacer lorsque faite systématiquement et sur une longue période.

Donc, va pour la liberté de conscience, mais à condition que celle-ci soit réellement une liberté.

.jpm

10:28 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.