Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2010

Brèves économiques du 11 mars 2010

Il y aurait beaucoup plus de choses à dire et je vais certainement revenir sur les recommandations du groupe de travail, mais pour l'heure je passe trois petits sujets.

Un, le gouvernement Harper qui baisse les impôts en pleine crise économique. L'idée derrière cela c'est de mettre plus d'argent dans les poches des canadiens afin qu'ils injecte celle-ci dans l'économie. On suppose se faisant que l'augmentation des dépenses causé par cette baisse de l'impôt ait un effet multiplicateur plus grand que ce que l'on aura pas récolté par les impôts.

Je ne suis pas convaincu de cet état de fait. Cent dollars d'impôts c'est cent dollars d'impôts. Cent dollars dans les poches d'un canadien c'est s'il le dépense 7% en taxe, 93$ en service ou produit dont 40% vont dans les poches du marchand et 60% dans celle de sont fournisseur. Ce marchands et fournisseurs vont à leur tour « dépenser » 40 et 60 dollars respectivement, générant d'autres entrées de taxes et éventuellement des dépôts à la banque. Mais au bout du compte l'argent circule plus, tout le monde s'enrichit un peu plus et le gouvernement s'appauvrit un peu plus et donc tout le monde s'appauvrit un peu plus.

Bref les effets ne sont pas clairs en temps normal. Alors en sortie de crise, comme c'est le cas actuellement il est fort à parier que les gens vont principalement rembourser des dettes ce qui ne fait qu'enrichir les banques qui elles n'ont pas nécessairement intérêt à investir au Canada.

Deux, le magazine L'Actualité nous propose tenter d'équilibrer le budget de Monsieur Bachand. D'entré de jeu, il nous avertisse que ce n'est pas facile et que l'équilibre est difficile à trouver. D'ailleurs le jeu commence avec un déficit de 4,7 milliards de dollars. Il s'agit ensuite de faire des coupes et d'ajuster les impôts et les tarifs afin d'équilibrer le tout.

Je me suis prêté au jeu, j'y suis allé rondement. Je n'ai coupé aucun salaires et je n'ai pas relevé les impôts, je n'ai principalement que coupé dans les subventions inutiles et quelques autres trucs qui m'apparaissaient être exagérer. Et ô surprise je me suis vite retrouvé avec un surplus de près de 1 milliards de dollars!

Allez y faire un tour, le jeu prend tout au plus dix minutes à faire, il est instructif et permet en plus de donner son opinion puisque votre budget final est envoyé au magazine et compilé afin de servir d'éventuelle recommandation.

Trois, notre ami Lucien Bouchard qui nous disait encore tout récemment que nous devions être plus productifs, que nous devions nous serrer la ceinture et prendre des décisions difficiles comme celle d'augmenter les tarifs de nos services collectifs... Hé bien, ce même M. Bouchard facture aujourd'hui, via son cabinet d'avocat, pour le travail sur le dossier de l'Ilot voyageur à Montréal la rondelette somme de 2,5 millions de dollars!

Me semble qu'il pourrait faire un effort lui aussi et diminuer un brin ses honoraires!

.jpm

13:26 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.