Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2010

Vision psychologisante

Il m’est arrivé à plusieurs reprises de côtoyer des gens qui fréquentaient assidûment un psychologue. Je ne l’ai pas remarqué tout de suite, mais à force de les côtoyer, je me suis rendu compte que leur vision des événements était largement dictée par la vision psychologique de leur pathologie particulière.

Je m’explique.

Là où tout le monde ne voir qu’un simple oublie ou une conséquence du hasard (par exemple vous organisez une sortie pour le dîner au bureau à midi moins cinq et vous en oublier un, une, la personne n’est juste pas dans le coin quand la décision est prise etc.), une personne qui se fait traiter pour des problèmes d’estime de soi croira inévitablement que c’est parce que vous ne l’aimer pas.

Autre exemple, là ou tout le monde ne verrait qu’une question anodine, une incompréhension ou une recherche d’amélioration (par exemple vous remettez en question une façon de faire ou questionner l’outil utiliser lors d’une opération que vous connaissez bien), la personne en traitement pour un manque de confiance croira que si vous la questionner c’est que vous ne lui faite pas confiance.

Ainsi, de façon générale et c’est peut-être moi qui fait de la psychologisation, les personnes en traitement ou ayant été traitées font souvent de la projection de diagnostique et finissent par attribuer au autres des comportements ou des intentions qu’ils n’ont pas mais qui collent à leur diagnostique. Ou dit autrement, ce n’est pas parce que quelqu’un remet continuellement ce qu’il fait en question que les autres passe aussi leur temps à remettre en question ses agissements.

Le diagnostique et le traitement psychologique a donc ceci de mauvais à mon sens, qu’il enferme la personne traité dans un carcan d’interprétation de ses actions et de celles de autres qui ne correspond pas nécessairement à la réalité. Pire ce carcan d’interprétation qui entraîne le traité à prêter aux autres des intentions qu’ils n’ont pas le maintien dans son été altéré. (Je n’ai pas confiance en moi, les autres agissent de telle façon parce qu’ils n’ont pas confiance en moi… Et la roue tourne.)

Certains, j’en suis sûr, conclurons qu’il ne s’agit là que de ma vision altéré des choses et des comportement des gens et que j’ai en fait moi aussi besoin de traitement.

.jpm

11:39 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.