Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2010

Parizeau, à lire sans faute !

Le dernier livre de Jacques Parizeau n’aura pas du s’appeler La souveraineté du Québec, Hier, aujourd’hui et demain, puisque au bout du compte il n’est que très peu question de la souveraineté dans ce livre. Et s’il en parle c’est généralement en termes techniques.

La première partie du livre est plutôt historique. Elle raconte les deux référendums, mais d’une façon très global. L’avant, l’après. Du côté du Canada, du côté du Québec. Et, tout se fait sur un ton tout à fait neutre où M. Parizeau souligne tant les bons coups que les mauvais coup des fédéralistes et des souverainistes. C’est une partie de notre histoire récente importante à bien connaître et ce livre en fait un excellent résumé.

La seconde parti, la plus importante et la plus intéressante à mon avis, porte sur ce qu’est un État, comment il est constitué comment il doit être gérer et quel sont les limites de cette gestion. Des chapitres comme La mondialisation et la protection du citoyen, Les secrets de la croissance (où Parizeau détail ce qui peut ou doit être fait pour qu’un pays soit productif et innovateur*) ou encore L’État et l’entreprise : Le grand débat, tracent avec précision le rôle de l’État et son rayon d’action. Cette seconde partie est appelé à faire école dans les débats sur la conduite des États. C’est écrit simplement et tout en nuance. Parizeau donne des exemples simples et pertinents qui permettent de saisir rapidement toute la complexité de ces grandes questions qu’il n’aborde pas de façon simpliste comme trop de gens le font.

Bien sûr à travers tout ça on est appeler à voir les avantage d’un Québec souverain, mais jamais M. Parizeau tente de convaincre, il ne fait qu’énoncer des faits, des points loi. Les souverainistes comme les fédéralistes ne finiront pas cette lecture déboussolé, mais ils en sortiront avec des éléments de réflexion qui ne pourront que donner une plus grande profondeur à leur pensée sur la question nationale.

Ce petit livre de 250 pages se lit facilement et il est très accessible compte tenu de la nature des propos qui y sont aborder. Pour moi, c’est un livre majeur qu’il faut absolument lire.

.jpm

*Cette section est particulièrement intéressante et M. Charest nous aurait présenté un tout autre budget s’il l’avait lu et comprise. Elle explique d’ailleurs très bien l’importance et l’articulation de ces concepts souvent galvaudés.

19:49 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.