Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2010

Vers une déconfédération ?

À la une du journal Le Devoir de cette fin de semaine in retrouvait un excellent article qui m’a beaucoup fait sourire et réfléchir.

Intitulé le réveil de l’Alberta, l’article m’a bien fait sourire puisque, soudainement riche et ayant acquis une position de tête dans la confédération alors qu’elle a pendant longtemps été dans l’ombre des trois grands (Ontario, Québec et Colombie-Britannique), l’Alberta se sent tout à coup des envies revendicatrices. Et que revendique-t-elle? Hé bien la même chose que le Québec!

Autrefois grande critique des revendications « traditionnelles » du Québec, l’Alberta embarque aujourd’hui dans le même navire…

Alec Castonguay à qui nous devons cet excellent article nous cite la « Firewall Letter (pdf) » à l’origine de cette nouvelle vision :

«Nous croyons qu'il est temps pour les Albertains de prendre en charge leur propre destinée. Cela veut dire récupérer des pouvoirs qui nous appartiennent selon la Constitution, mais que nous avons laissé le gouvernement fédéral exercer.»

L’article contient également une foule de citations et de commentaires du Wildrose Alliance Party – des mots qui ne sont pas sans rappeler le débat québécois.

« Le Wildrose Alliance Party a une aile autonomiste forte et propose que l'Alberta crée sa propre police provinciale, gère la sélection de ses immigrants, perçoive ses impôts et mette en place un système de retraite albertain, entre autres. Des leviers actuellement contrôlés par Ottawa. »

Évidemment tous cela fait sourire au Québec. On « comprend » les Albertains. D’un autre côté ça fait réfléchir. N’est-ce pas là une nouvelle voie à explorer pour le Québec? Peut-être qu’à travers le conseil de la fédération – si on joue bien nos cartes – il serait possible de forcer le gouvernement fédéral à revoir la confédération. Car si les quatre plus grandes économies du Canada ne s’entendent plus sur quoi que ce soit et que même les petites comme Terre-Neuve continuent à faire des vagues, le pays va être dur à tenir.

D’un autre côté si l’Alberta obtient ce qu’elle veut sans que l’on nous offre la pareil, du côté de l’immigration par exemple, le dossier pour la souveraineté ne s’en trouvera que plus étoffé.

.jpm

16:17 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.