Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2010

Individualisme simple et composé - augmenté

Je vous parlais l’autre jour du Wildrose Alliance, le nouveau parti de droite albertain. De l’avis du chef, Danielle Smith ce partie est de droite économique, mais pas sociale ou culturelle.

Les objectifs du parti disent par contre autre chose… Extrait d’un article paru dans le dernier numéro du magazine L’Actualité : « Son créneau est avant tout libertairien : méfiance envers le gouvernement, réduction du rôle de l’État, diminution maximale des impôts et des taxes, glorification du libre marché et de l’entreprise privé, valorisation de la responsabilité individuelle… »

Parenthèse : Je me souviens d’avoir écris à quelques reprises sur les libertariens en disant qu’ils me semblaient très dangereux et qu’il faillait surveiller leur monté. Cela dit, jamais je n’aurais cru qu’elle soit aussi rapide. À preuve, aujourd’hui on peu lire ce mot autre fois inconnu dans les journaux autant que dans les magazines.

Le Wildrose, la monté de la droite en politique, qu’elle soit économique ou culturel – même si à mon sens cette séparation est en grande partie artificielle – c’est l’individualisme composé.

L’individualisme simple, c’est celui que j’ai encore une fois pu constater en arrivant à l’école jeudi dernier. Nous étions deux parents en voiture à arriver devant l’école. Une troisième voiture quittait les lieux. La dame devant moi, plutôt que d’aller coller l’autre voiture plus loin me laissant amplement de place pour stationner le long du trottoir a choisi de se garer en plein milieu de l’espace restant. Me laissant avec trop peu de place derrière pour me stationner sans bloquer une partie de l’entrée et une petite place devant pour faire un stationnement en parallèle… Pas foute de faire trois mètres de plus pour simplifier la vie du prochain.

Ce simple événement m’a jeté par terre. Peut-être avais-je eu une mauvaise journée, je ne me souviens plus. Reste que chaque fois que j’observe ce genre de comportement d’un individualisme crasse, je me dis qu’on est pas près de changer le monde. Avec une bande de cave sans égard pour autrui comme ça, la pente va être très longue à remonter.

C’est d’ailleurs ici que les deux individualismes se rejoignent – et également ici qui je pourfends l’idée que la droite peut être uniquement économique.

Le point de jonction des deux individualismes se trouve justement dans la responsabilité individuelle. Pour la droite l’individu est et doit être responsable de lui-même et de ces actes – ce qui est une excellente chose puisque l’on a beaucoup tendance à oublier qu’avec les droits viennent des responsabilités. Cela dit, du côté de la droite on associe souvent ces droits à des libertés – celle de choisir en éducation et en santé par exemple, ce qui ne va pas nécessairement de soit.

L’autre mauvais penchant de la droite associé à la droite c’est cette tendance à croire que ceux qui sont pauvres le méritent ou qu’il le sont parce qu’ils n’ont pas fait suffisamment d’efforts. Un état de fait qui rend souvent les gens de droite intransigeants envers les pauvres et rigides envers la redistribution de la richesse, comme on le voit actuellement aux États-unis avec le projet de loi sur la santé de Obama.

En suivant cette logique on pourrait associer en bloc les gens égocentrique et la droite politique, ce n’est pas ce que je veux faire ici. Par contre il me semble clair que l’on peut difficilement séparer la droite économique de la droite culturelle, sociale et politique.

Quel lien avec les imbéciles qui ne pensent pas aux autres quand ils se stationnent? C’est bien simple, ils ne pensent généralement pas plus loin que le bout de leur nez et donc quand on leur propose des baisses d’impôts ou de taxes, ils applaudissent à deux mains sans se rendre compte qu’on va venir les chercher par derrière et que là ce sera des entreprises qui vont le faire et ce sans les payer plus et sans verser plus d’impôts au gouvernement…

D’ailleurs, petite anecdote pour finir, j’ai entendu un petit bout d’entrevue l’autre jour à la radio. C’était à l’une ou l’autre des radios d’opinion de Québec, l’animateur recevait en entrevue téléphonique une québécoise émigré aux États-unis. Elle disait que l’assurance santé de la « famille » (elle et son conjoint) leur coûtait 800$ par mois et qu’elle allait probablement augmenter à 1000$ ou 1100$ lorsqu’ils allaient avoir leurs enfants. L’animateur lui demande alors si elle est contente de pouvoir construire sa couverture à son goût. « Bien sûr dit-elle, j’ai pris la couverture pour les échographies et l’épidurale. Mes visites avant l’accouchement sont gratuites. Je suis même couverte s’il y a des complications. Par contre, il y a des limites. Si j’ai un cancer du sein, ils vont me traité, mais après je ne serai plus assurable donc s’il y a une rechute c’est entièrement à mes frais. » Et ça, c’est sans parler des 40 millions d’américains qui n’ont aucune couverture.

Tout cela semblait bien faire son affaire, elle se sentait plus riche et plus en contrôle de son argent. Mais, gageons qui si jamais ça va mal et qu’elle tombe réellement malade, elle va traversé la frontière en sens inverse et sera bien contente de payé un peu plus d’impôt pour avoir une couverture complète et sans limite.



Bien sûr, il y a un juste milieu à tout ça, pour le système de santé comme pour le reste. Mais les libertariens sont loin de représenter ce juste milieu et l’individualisme à tous crains n’est certes pas la voie pour atteindre cet équilibre, mais malheureusement il semble plaire de plus en plus.

.jpm

11:51 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.