Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/06/2010

La gestion Cpk

Au bureau nous faisons de plus en plus affaire avec de grosses boîtes chinoises. Des entreprises qui font des dizaines de produits à la chaîne et qui sortent des milliers d’exemplaires de chacun de ces produits. Et nos clients font eux affaire avec des entreprises encore plus grosses…

La mode en Chine et probablement ailleurs dans les grandes entreprises manufacturières est de gérer la qualité de la production et par extension celle du fournisseur par le Cpk.

Le Cpk est une mesure statistique qui donne une idée de la distribution de la production autour d’une valeur centrale désirée et de ses limites. Pensez à une classe de cent élèves passant un examen dont on voudrait avoir une moyenne situé à 70% et dont toutes les notes se situeraient entre 65% et 75%. Si on réussi le Cpk est très élevé, dans le cas contraire la valeur sera plus faible.

Maintenant voici la « beauté » de ce type de contrôle. Les grandes entreprises vont exiger de leurs fournisseurs les Cpk qu’ils obtiennent lorsqu’ils produisent une pièce qu’ils achètent en grand volume. Si le Cpk est bon, par exemple 95% de la production entre dans la spécification définie, ça va. Par contre si le Cpk est bas, disons que 75% de la production est bonne, l’entreprise qui achète le produit – et qui a ici clairement un grand pouvoir sur son fournisseur – lui dira « Ton Cpk est trop bas, donc tu maîtrise mal ton processus de fabrication, et par conséquent tu me fais absorber tes pertes dans ton prix de base. Je n’ai pas à payer pour tes problèmes de production alors tu vas baisser ton prix en conséquence. »

Le bon côté de cette approche, disons-le plutôt agressive, c’est de forcer la qualité et le développement de meilleures méthode de production. Le mauvais côté c’est que ça ne laisse plus de marge à personne – surtout pour les sous-traitants et fournisseurs de base que nous sommes parce que le client a une limite à l’amélioration de ses procédés de fabrication et que la balance des problèmes sera refilé aux sous-traitants qui n’ont pas toujours les moyens de répondre aux exigences très élevées des gros joueurs…

Et puis quand le procédé est parfait et que le fournisseur atteint 100%... Le client demande aussi une diminution de prix ou de meilleures spécifications parce visiblement le produit est facile à faire.

.jpm

12:01 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.