Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2010

Géopolitique afghane

Un rapport d’experts miniers du Pentagone vient d’être publier et rendu public. Selon ce rapport il y aurait pour plus de 1 000 milliards de dollars de minerai à extraire du sol afghan. Pour les américains, comme pour beaucoup de commentateurs il s’agit là d’une excellente nouvelle pour l’Afghanistan qui pourrait, en exploitant, ces ressources relancer son économie sur une autre base que la culture du pavot…

Mais est-ce vraiment une si bonne nouvelle? Déjà les américains sont en train d’essayer d’intéresser des grandes multinationales minières à s’implanter en Afghanistan. Mais à qui profitera cette manne géologique?

Déjà, il semble clair que l’Afghanistan n’a pas l’expertise, les moyens technique et encore moins l’argent pour mettre en place de grandes exploitations minière. Si les afghans veulent extraire leur lithium, ils vont devoir faire appel à des géants de l’industrie américaine, européenne ou asiatique. Et, bien sûr, faire appel aux autres veut dire voir partir une bonne part des bénéfices. Évidemment le gouvernement afghan peut imposer des redevances, mais quel levier aura-t-il pour les imposer? Ça semble difficile au Québec alors que nous fournissons les infrastructures et que le pays n’est pas la proie d’insurgés…

Et même une fois les grandes entreprises implantées, qui fera le boulot? Les postes de directions seront comblés par les gestionnaires des grandes multinationales impliqués. Les postes d’ingénieurs seront pris par des européens ou des américains formé aux nouvelles techniques. La machinerie sera importée. On construira des routes, mais on les déduira des redevances. On fera peut-être même une centrale électrique, mais elle n’appartiendra pas au gouvernement afghan ou même à une entreprise locale.

Tout ce qu’il va rester aux afghans, c’est les jobs pourries de mineur. Celles que les occidentaux ne veulent pas faire. Et si les afghans ne veulent pas de ces boulots? Pas grave on importera des pakistanais…

Cela dit, tout n’est pas noir, il se peut que l’on fasse un peu mieux les choses et que les entreprises qui s’installeront là-bas fassent une place aux ingénieurs locaux et aux petites entreprises locales. Il se peut aussi qu’avec la venu des minières, de nouvelles entreprises afghanes voient le jour et qu’une petite économie local se développe. Routes, logements, restaurants et autres seront tenues et bâtis par les gens du pays. Des gens qui dans une génération pourront passer un héritage qui servira à bâtir une certaine souveraineté économique…

D’un autre côté, les talibans et même les afghans modéré auront probablement tout à fait raison de dire que l’on est train des les déposséder de leur richesses et qu’on ne leur laisse rien… Si l’Afghanistan avait un gouvernement fort ou si le FMI, l’OMC et la Banque Mondiale avaient vraiment les intérêts des pays et de l’économie mondiale à cœur, elles développeraient une forme de prêt et de partenariat qui permettrait d’intégrer l’économie afghane à l’économie internationale, de développer une minière afghane et de former les afghans afin qu’ils participent réellement au développement de leur économie et de leur pays. C’est à ce seul coût que l’on pourra obtenir une paix réelle et durable dans les pays en développement.

.jpm

11:32 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.