Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2010

Briser la dépendance au pétrole ?

Le président Obama semble décidé a briser la dépendance au pétrole des États-unis, un des plus gros consommateur par habitant au monde et le plus gros su volume total. Si on peut douter de la capacité des américains à réaliser se changement de culture on peut certainement croire en un changement de technologie.

Mais, à mon sens, ce n’est pas le problème technologique qu’il faut régler, mais bien le problème culturel…

Passer du pétrole à l’éthanol n’est pas une réelle solution. La production d’éthanol est peut-être plus moins dommageable pour l’environnement  que le pétrole, mais elle demandera l’utilisation de terres fertiles en masse, des terres qui commence déjà à se faire rares. Bien sur il y a quelques université qui on développer des plantes prometteuse qui absorbent plus de CO2 qu’elles en produise lors de leur conversion en éthanol et que l’on pourrait éventuellement utiliser pour faire reculer des déserts. Mais on est encore très loin de 80 et quelques millions de baril de pétrole que la planète utilise chaque jour.

Non, la vraie solution passe par un changement radical de nos habitudes de vie. Travailler moins, consommer moins, se déplacer autrement et cesser de manger des cornichons qui viennent de l’Inde! Même la façon dont on conçoit les villes devra changer. Les banlieues sont des gouffres énergétiques.

Je l’ai déjà dit et le répète, même si l’on trouvait une source d’énergie infinie et gratuite, nous serions tenu de changer nos habitudes parce qu’il n’y a pas que l’énergie consommer qui fasse partie du problème. Plus on consomme d’énergie plus on consomme de ressources naturelles non renouvelables. Il faut donc réduire de façon globale notre consommation d’énergie de quelque forme qu’elle soit et penser nos objets de façon à ce qu’ils durent le plus longtemps possible et qu’ils soient facilement réparable.

Tout ceci est absolument nécessaire si l’on veut pouvoir maintenir notre confort actuel et permettre du même coup à ceux qui vivent sans ce confort d’y avoir accès. Peut-être que j’y vais un peu fort, mais j’irais même jusqu’à dire que la paix mondial en dépend. La répartition des richesses – réelles et apparentes – est nécessaire à une paix mondiale durable et présentement, on en est loin.

.jpm

p.s. Ouf quel développement… Des fois, ma pensé m’emporte plus loin que prévu, d’où tout le plaisir de tenir ce genre de blog.

11:38 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.