Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/07/2010

Rush : Une balade dans les souvenirs

Je suis allé voir le spectacle de Rush jeudi dernier au festival d’été. Il y avait foule, nous étions des dizaines de milliers de fans à être là pour entendre ce groupe quasi-mythique.

Intitulé Time Machine, ce spectacle que le groupe trimbale aux quatre coins du monde depuis un bout de temps, est vraiment fait pour les fans, ceux qui suivent le groupe depuis des années. Avec des pièces tirés de plusieurs vieux disques, dont 2112, intro inclus, La Villa Strangiato et d’un trait tout l’album Moving Pictures qui contient les fameux Tom Sawyer, Red Barchetta, Limelight et l’incontournable YYZ – Rush a réussit son paris.

Je me suis surpris, avec plusieurs autres spectateurs, à me rappeler par cœur toutes les paroles, toutes les mesures de ces excellentes pièces que j’ai écouter en boucle pendant des années… Ça m’a rappelé les soupers avec les copains, les autres spectacles de Rush que j’étais allé voir plus jeunes, mes années de cégep et j’en passe. Ce n’était pas nostalgique, c’était juste un trip de mémoire, se souvenir de bons moments. Si j’ai perdu certains de ces amis de vue, j’en côtoies encore certains. Les rencontres sont rare, nous avons fait notre trip et sommes passé à autre chose, mais elles sont toujours mémorables.

Depuis le show, je n’ai que des pièces de Rush en tête, j’ai dépoussiérer mes vieux CD (hé ho, je ne suis pas si vieux que ça) et je les trimbales dans ma voiture. C’est fou tout ce que l’on a d’enregistrer dans le cerveau. Souvenir de mesures, de paroles, souvenir d’occasions, d’odeurs, souvenir d’une époque, de ses particularités, de l’atmosphère que la baignait…

Cela dit, le spectacle, résolument plus moderne, de The Slew (un groupe composé de Kid Koala et de l’ex section rythmique de Wolfmother) que j’ai vu avec mes enfants est en train de composer les souvenirs du futur, ceux dont me rappellerai dans dix ans – et quel souvenir, quel show! C’état beaucoup plus intime que Rush et ça ne me rappelais rien, mais c’était tout aussi jouissif.

Les deux types de souvenirs sont important – ceux que l’on se rappel comme ceux que l’on construit.

.jpm

11:49 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.